DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Madagascar : pour une francophonie vivante et animée


monde

Madagascar : pour une francophonie vivante et animée

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Le XVIe Sommet de la francophonie se déroule les 26 et 27 novembre à Antananarivo (Madagascar). Cela consiste notamment en une réunion des chefs d‘état et de gouvernement des pays membres de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Parallèlement aux réunions officielles se tiennent des manifestations culturelles. Gros plan sur l’une d’entre elles : le forum des Caravanes des dix mots, qui entend « construire une francophonie culturelle moderne et alternative ».

Prenez le mot « dépanneur ». Pour un Français, il s’agit d’un « réparateur de voiture ». Pour un Québécois, un « dépanneur » est une « épicerie ». Pour un Congolais, c’est un « aphrodisiaque ». Un même mot, des sens différents. Une même langue, le Français, une diversité culturelle. Et c’est précisément cette diversité dont se nourrit l’association Caravane des dix mots

Le projet est né en 2002 dans la région lyonnaise. La “caravane” s’incarne alors dans une camionnette qui sillonne les marchés de la région. Les “pilotes” du projet, Thierry Auzer et le réalisateur Eric Guirado, choisissent dix mots dans la langue française et demandent aux gens ce que chacun de ces mots leur évoque.

« Cette idée toute simple d’aller questionner les gens dans la rue sur les mots a séduit des artistes de Roumanie, Pologne, Vallée d’Aoste et Sénégal », raconte Thierry Auzer. Le projet a pris une dimension internationale. Et s’est ancré sur un rendez-vous biennal, les sommets de la francophonie, avec l’organisation d’un forum. Il y a la volonté de montrer qu‘à côté de la francophonie politique et institutionnelle, existe une « francophonie culturelle, jeune et créative ».
Première édition du forum des Caravanes des 10 mots, en 2006 à Bucarest. Puis Québec, Montreux, Kinshasa, Dakar. Et aujourd’hui, Antananarivo.

Jeu de (dix) mots

« Nous proposons à des artistes d’aller à la rencontre des gens dans leur quartier, dans leur ville, dans leur région, avec un outil tout simple pour engager la discussion et susciter l’expression : dix mots de la langue française », poursuit M. Auzer. Pour favoriser le contact, la “Caravane” organise des ateliers de peinture, de cirque, de slam, de danse. Les mots jaillissent ainsi plus facilement, comme un jeu. Un jeu de mots!

Pour son escale malgache, du 17 au 27 novembre, la “caravane” a fait venir des artistes d’Afrique du sud, d’Arménie, du Burkina Faso, du Canada, des Comores, de Côte d’Ivoire, d’Egypte, de France, du Mali, de République Tchèque, de Rodrigues.

Parmi les événements marquants de ce 6ème forum, la déambulation de marionnettes géantes, la scène ouverte pour improviser autour des dix mots, les ateliers d’arts plastique, de théâtre et de musique, et la fête de clôture organisée le 26 novembre.

Si vous avez raté le passage de la “Caravane” sur la Grande île de l’océan Indien, voici quand même les dix mots qui étaient à l’honneur cette année : avatar, favori(te), canular, héberger, fureteur(euse), émoticône, nomade, télésnober, nuage, pirate.

Pour aller plus loin

“La population malgache ne semble pas associée”, interview de Thierry Auzer, à lire ici

ALL VIEWS

Touchez pour voir
Prochain article

monde

Visitez la Trump Tower sans aller à New York, entrée gratuite !