DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Turquie : arrestations massives au sein du parti prokurde

Après le double attentat survenu samedi soir, la Turquie a arrêté 235 personnes ce lundi, dans onze villes du pays.

Vous lisez:

Turquie : arrestations massives au sein du parti prokurde

Taille du texte Aa Aa

La Turquie a arrêté lundi près de 200 membres du principal parti prokurde et frappé en Irak des cibles de la rébellion kurde, dont un groupe dissident a revendiqué un attentat qui a fait plus de 40 morts au cœur d’Istanbul.

Les arrestations ont visé dans l’ensemble du pays 198 membres du Parti démocratique des peuples (HDP), dont le chef de file Selahattin Demirtas et une dizaine de députés ont déjà été placés en détention début novembre dans le cadre des purges menées après la tentative de putsch de juillet.

Ces arrestations surviennent après le double attentat qui a fait 44 morts, dont 36 policiers, samedi soir à Istanbul selon un nouveau bilan fourni par le ministre de la Santé, Recep Akdag. L’attentat, l’un des plus meurtriers à frapper la mégalopole turque ces dernières années, a été revendiqué par un groupe radical kurde lié au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK).

Le président turc Recep Tayyip Erdogan considère que le HDP est étroitement lié au PKK et a fait savoir qu’il ne considérait plus cette formation comme un interlocuteur légitime, qualifiant régulièrement ses membres de “terroristes”. Parmi les personnes arrêtées figurent notamment les chefs de section du HDP à Istanbul, Aysel Guzel, et à Ankara, Ibrahim Binici, selon l’agence progouvernementale Anadolu. Les membres du HDP arrêtés sont soupçonnés d’appartenance au PKK, considéré comme un groupe terroriste par Ankara, ou d’en relayer la propagande, a ajouté Anadolu.

Outre les arrestations, les représailles de la Turquie ont visé la rébellion kurde dans le nord de l’Irak. L’armée turque, citée par l’agence Dogan, affirme avoir frappé “des membres d’une organisation terroriste séparatiste“, en référence au PKK, dans la région du Zab, dans le nord de l’Irak, détruisant leur quartier général ainsi que des abris et des positions armées.

Avec agence (AFP)