DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Inauguration au Vatican de l'ambassade palestinienne

Le pape François a reçu samedi en audience privée au Vatican le président palestinien Mahmoud Abbas qui a ensuite inauguré l’ambassade palestinienne auprès du…

Vous lisez:

Inauguration au Vatican de l'ambassade palestinienne

Taille du texte Aa Aa

Le pape François a reçu samedi en audience privée au Vatican le président palestinien Mahmoud Abbas qui a ensuite inauguré l’ambassade palestinienne auprès du Saint-Siège.
C’est le résultat d’un accord signé en 2015 entre les deux états. Le 13 mai le Vatican reconnaissait la Palestine en tant qu‘état. Cette même année, c‘était en Suède qu’ouvrait la première ambassade palestinienne en Europe.
Actuellement sur les 193 membres de l’ONU, 136 reconnaissent la Palestine comme un Etat, dont le Vatican.

M. Abbas a rencontré pendant une vingtaine de minutes le pape François.Parmi les cadeaux échangés, Mahmoud Abbas a offert au pape une pierre provenant de l‘église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, selon Greg Burke, directeur du Bureau de presse du Saint-Siège.
Un communiqué du Vatican a par la suite “exprimé l’espoir que des négociations directes entre les deux parties puissent reprendre afin de mettre un terme à la violence qui cause des souffrances inacceptables aux populations civiles et de parvenir à une solution juste et durable”.
“Il est souhaitable de prendre des mesures, avec le soutien de la communauté internationale, favorisant la confiance réciproque et contribuant à créer un climat permettant de prendre des décisions courageuses en faveur de la paix”, selon la même source.

L’ouverture de cet ambassade arrive à un moment où la situation de la Palestine est particulièrement périlleuse. Donald Trump a fait savoir qu’il comptait déménager l’ambassade américaine à Jérusalem. Une façon de reconnaître la ville comme capitale de l’etat hébreux alors qu’elle est aussi revendiquée par les Palestiniens. Dans ces conditions une solution a deux états, pronée jusqu’ici par Washington, paraît désormais ne tenir qu‘à un fil.

Avec AFP