DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le décret anticorruption a été abrogé mais la tension reste vive en Roumanie


Roumanie

Le décret anticorruption a été abrogé mais la tension reste vive en Roumanie

Le gouvernement roumain est toujours sous pression malgré le retrait, dimanche, du décret assouplissant la loi anticorruption. Cette modification du code pénal aurait permis à des hommes politiques d‘échapper à la justice. Le texte prévoyait par exemple de réduire les peines encourues pour abus de pouvoir.

Les Roumains en veulent plus. Ils sont des dizaines de milliers à demander la démission du gouvernement.

“Il y a de nombreuses tentatives dans beaucoup de pays pour essayer d’exclure de leurs responsabilités pénales des personnes de haut rang, principalement des politiciens. Prenez le cas de l’ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi qui a essayé par tous les moyens légaux à sa disposition d’octroyer l’immunité à des gens comme lui. Je pense que c’est une lutte constante entre ceux qui veulent que la corruption soit sanctionnée et ceux qui veulent se débarrasser des accusations de corruption”, explique Laura Stefan, experte en matière de lutte contre la corruption à l’Expert Forum de Bucarest, ancienne directrice du ministère roumain de la Justice, experte internationale de l‘État de droit auprès de la Commission européenne et du Conseil de l’Europe.

Les Roumains n’entendent pas laisser leurs dirigeants se délester de leurs responsabiltés. Depuis six jours, ils déferlent dans les rues de Bucarest et d’une cinquantaine de villes du pays et manifestent aux cris de “démission” et “voleurs”. De nouvelles manifestations sont prévues.