DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine, l'interminable conflit du Donbass


Ukraine

Ukraine, l'interminable conflit du Donbass

ALL VIEWS

Touchez pour voir

C’est aux portes de l’Europe, et c’est désormais loin des gros titres que se poursuit la guerre en Ukraine depuis trois ans déjà. Plus de 9 700 morts, 21 000 blessés et aucune issue en vue au conflit.
Pour rappel, c’est en avril 2014, que l’insurrection anti-Maïdan s’est mise en place dans l’est du pays, traditionnellement pro-russe. Depuis, armée ukrainienne et rebelles séparatistes s’y affrontent. Un nouveau regain des combats a été constaté ces dernières semaines, par des observateurs de l’OSCE.

Les combats ont à présent quelque peu diminué. Ces dernières 24h, la mission spéciale de surveillance de l’OSCE a enregistré un peu plus de 1 300 violations du cessez-le-feu dans la région de Donetsk“, expliquait Alexander Hug, chef de la mission de l’OSCE en Ukraine, le 6 février.



Un cessez-le-feu qui n’a guère jamais existé que sur le papier.
En septembre 2014, un premier accord est signé au Belarus à Minsk pour faire cesser les combats dans le Donbass. Il ne tiendra que quelques semaines. La guerre reprend de plus belle et en février 2015, François Hollande et Angela Merkel arrachent un accord à Vladimir Poutine et Petro Poroshenko. C’est Minsk II qui ne cessera d‘être violé. Deux ans plus tard, chacun continue de s’en renvoyer la responsabilité :

Petro Poroshenko, Président ukrainien :

La partie russe et les militants soutenus par la Russie sont totalement responsables de l’escalade brutale de la situation à Avdiivka, autour de la zone industrielle d’Avdiivka, du bombardement de quartiers résidentiels et de la mort de civils, des journalistes blessés et de la mort des soldats des forces armées ukrainiennes.

Vladimir Poutine, Président russe :

Les dirigeants ukrainiens aujourd’hui ont besoin d’argent, et la meilleure façon de soutirer de l’argent à l’Union européenne, à certains pays européens et aux Etats-Unis, ainsi qu’aux institutions financières internationales c’est de se présenter comme victime d’agression.

C’est donc dans le Donbass, région de l’est de l’Ukraine, que se concentrent les combats, particulièrement autour des villes de Donetsk et Louhansk où les deux parties n’ont pas retiré leurs armes lourdes, contrairement à ce qu’elles s‘étaient engagé à faire.

Prise par les insurgés en avril, puis reconquise par l’armée en juillet 2014, la ville d’Avdiivka a récemment fait l’objet de violents combats. C’est actuellement “le point le plus chaud de la ligne de front” selon les observateurs. Elle est au centre d’une bataille névralgique pour la livraison d’armes, et abrite aussi l’une des plus grandes usines d’Europe de charbon à coke qui est utilisé pour produire de l’acier.

Victime des combats, la population de la ville est dans une situation humanitaire très précaire. Toujours selon l’OSCE, des dizaines de milliers de personnes sont privées d’eau, d‘électricité et de gaz, des deux côtés de la ligne de front.

Samedi dernier, à Kiev, des manifestants appelaient le gouvernement à sauver Avdiivka...

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Roumanie

Roumanie : un nouveau texte en préparation sur l'allègement de la législation anticorruption