Cet article n'est pas disponible depuis votre région

La colère contre la "taxe sur les parasites" se répand au Bélarus

Access to the comments Discussion
Par Euronews
La colère contre la "taxe sur les parasites" se répand au Bélarus

<p>Dans plusieurs villes, la population manifeste.<br /> L’objet de leur colère : un impôt pour ceux qui travaillent moins de six mois par an. 47 000 personnes, des chômeurs essentiellement, doivent verser 250 dollars, pour contribuer à l’effort fiscal général.</p> <p>“C’est une question d’honneur pour le gouvernement d’annuler ce décret, proteste Vadim. Une gouvernement fort le ferait, admettrait ses erreurs, un gouvernement faible n’admet jamais ses erreurs.” </p> <h3>Manifestations le 17 février à Minsk</h3> <p>Le mécontentement se répand dans un pays pourtant soumis à la dictature du président Loukachenko. La mesure surnommée “taxe sur les parasites” rappelle l‘époque soviétique, lorsque le “parasitisme” était considéré comme un délit. <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="en"><p lang="en" dir="ltr">Large protest in authoritarian <a href="https://twitter.com/hashtag/Belarus?src=hash">#Belarus</a> today. Crowd chants “Freedom, Freedom”. – <a href="https://twitter.com/pr0tez"><code>pr0tez</a> <a href="https://t.co/jlcIXDxQEb">pic.twitter.com/jlcIXDxQEb</a></p>— Michael Cruickshank (</code>MJ_Cruickshank) <a href="https://twitter.com/MJ_Cruickshank/status/832624675008057349">February 17, 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p>