DERNIERE MINUTE

France : second tour Macron-Le Pen toujours privilégié par les sondages à un mois de l'élection présidentielle

A un mois du premier tour de l‘élection présidentielle en France, le 23 avril, les sondages continuent à placer la présidente du Front national, Marine Le Pen, et le fondateur du mouvement En Marche…

Vous lisez:

France : second tour Macron-Le Pen toujours privilégié par les sondages à un mois de l'élection présidentielle

Taille du texte Aa Aa

A un mois du premier tour de l‘élection présidentielle en France, le 23 avril, les sondages continuent à placer la présidente du Front national, Marine Le Pen, et le fondateur du mouvement En Marche ! Emmanuel Macron, en tête et au coude-à-coude, avec chacun 25% des votes. Mais si, selon une enquête publiée vendredi, la première peut compter sur un noyau dur relativement élevé de 60% d‘électeurs sûrs de leur choix, la proportion est plus faible pour le second (47%). Personnalité récente de la vie politique, ministre pendant deux ans sous le quinquennat Hollande, son positionnement “et de droite et de gauche” suscite des interrogations dans l‘électorat.

Un tel second tour, le 7 mai, serait un tremblement de terre dans la vie politique française, explique le chercheur en sciences politiques Bruno Cautres. “Si l‘élection avait lieu demain, explique-t-il, elle donnerait probablement un second tour Macron-Le Pen. Ce serait un cas intéressant car on assisterait alors pour la première fois à l’opposition de deux candidats n’appartenant pas aux deux plus grands partis.” Macron l’emporterait alors largement au second tour, avec 63% des suffrages, contre 27% à son adversaire.

Les deux candidats des partis dits “traditionnels” sont ainsi largement distancés dans les intentions de vote. François Fillon (Les Républicains), englué dans des affaires politico-financières, ne parvient pas à franchir le cap des 20%. Benoît Hamon (PS) évolue autour de 12%. En compagnie du représentant de Jean-Luc Mélenchon, à la tête d’un mouvement baptisé La France insoumise (13%).

Toutefois, 43% des électeurs ayant “certainement” ou “probablement” l’intention d’aller voter affirment n’avoir toujours
pas décidé à qui ils allaient donner leur voix. De quoi ménager le suspense sur l’issue de l‘élection.