DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Judo - GP d'Antalya : les Russes dominent, les Turcs assurent


Sport

Judo - GP d'Antalya : les Russes dominent, les Turcs assurent

Le public du Grand Prix de judo d’Antalya a du attendre le troisième et dernier jour pour fêter une médaille d’or : il a été récompensé par la victoire de Kayra Sayit dans la catégorie des +78kg.

La Française naturalisée Turque enchaîne les ippons ce dimanche, avant d’affronter en finale la Bosnienne Larisa Ceric, médaillée de bronze lors des Masters 2016 de Guadalajara.

Portée par la foule, Sayit place un sasae-tsuri-komi-ashi pour Waza-ari, et tient bon jusqu’au gong.

C’est vrai que par rapport à ça j’avais beaucoup de pression. Je me disais “on est dans notre pays on a pas de médaille d’or”. Et puis finalement j’ai justement pris une bonne pression, en fait, et finalement ça bien finalisé et je suis contente pour ça‘’, a expliqué Sayit.

Krpalek monte d’un cran

L’autre triomphe du jour est celui du Tchèque Lukas Krpalek dans la catégorie reine, les +100 kg. Champion olympique et champion du monde dans la catégorie inférieure, Krpalek était à la recherche de sa première médaille d’or chez les poids lourds.

Mission accomplie, en battant en finale le Kirghize Iurii Krakovetskii, 21eme mondial. Ce dernier place l’attaque la plus marquante du combat, un uchi-mata duquel Krpalek s‘échappe miraculeusement.

Tout en malice, le champion tchèque profite ensuite d’une erreur de son adversaire pour déclencher un o-uchi-gari, suivi d’une immobilisation au sol pour ippon.

L’indétrônable champion des poids lourds Teddy Riner nétait pas présent à Antalya, mais il a reçu le message : peut-être un adversaire à sa hauteur…

C’est très important pour moi. C’est une bonne préparation pour les Championnats d’Europe. J’ai changé de catégorie car je devais perdre beaucoup de poids. Parfois 9 ou 10 kilos et ce n‘était pas bon pour mon corps. C’est un excellent challenge pour moi, de gagner chez les poids-lourds. Je veux me préparer pour les prochaines compétitions le Grand Slam, les Championnats du monde et peut-être les Jeux olympiques. Ca sera un superbe défi pour moi“ a affirmé Krpalek.

Les Russes au dessus

C’est bien la Russie qui a dominé ce Grand Prix, avec neuf médailles au total, quatre en or dont deux décrochées ce dimanche.

Il y a celle d’Adlan Bisultanov, chez les –100kg, opposé en finale au vétéran kazakh Maxim Rakov.

L’ancien champion du monde Rakov est l’un des judokas les plus titrés de la catégorie. Mais c’est Bisultanov qui marque un premier waza-ari sur ce tai-otoshi. Le Russe est pénalisé par deux fois pour passivité mais parvient à assurer la médaille d’or.

Anastasiya Dmitrieva dans la catégorie -78kg, ajoute une neuvième médaille à son palmarès sur le circuit mondial. En finale elle était oppose à Yarden Mayersohn, qui n’en avait aucune.

Mayersohn ne se défile pas et part vite à l’offensive : elle subit un ura-nage en contre pour waza-ari, enchaîné au sol par une immobilisation pour ippon. Hiérarchie respectée.

Dans la catégorie -90kg, on assite à la victoire du Mongole Gantulga Altanbagana, qui était opposé en finale à Komronshokh Ustopiriyon.

Les deux athlètes, qui n’avaient pas fait mieux que la septième place cette saison, se rendent coup pour coup dans ce duel.

A deux secondes du gong Altanbagana place son bras entre les jambes de son adversare : superbe kata-guruma pour waza-ari synonyme de victoire.

Sport

Thierry Neuville remporte le Tour de Corse