Le oui pour une hyperprésidence l'emporterait en Turquie

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Le oui pour une hyperprésidence l'emporterait en Turquie

<p>Avec un peu plus de 98% des bulletins dépouillés, le oui l’emporte en Turquie. 51,3% de oui, contre 48,7% de non, c’est le résultat partiel donné vers 19h40. L’extrême est et l’extrême ouest du pays ont voté non, mais le oui s‘étale dans tout le centre du pays.<br /> A Istanbul et Ankara le non l’emporte d’une courte tête.<br /> Concernant le vote à l‘étranger, il est en majorité en faveur du oui, à presque 60%. Les Turcs de France ont voté oui à plus de 62%. </p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/Turquie?src=hash">#Turquie</a> Moins de 3 heures avant la fin d'un <a href="https://twitter.com/hashtag/r%C3%A9f%C3%A9rendum?src=hash">#référendum</a> historique sur le renforcement du président <a href="https://twitter.com/hashtag/Erdogan?src=hash">#Erdogan</a>. La matinée en photos <a href="https://twitter.com/hashtag/AFP?src=hash">#AFP</a> <a href="https://t.co/JiHKKMqd8K">pic.twitter.com/JiHKKMqd8K</a></p>— Gokan Gunes (<code>Gokan_Gunes) <a href="https://twitter.com/Gokan_Gunes/status/853568530876420096">16 avril 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> Les électeurs étaient appelés à se prononcer lors d'un référendum controversé sur une modification de la constitution. Elle est destinée à renforcer les pouvoirs du président turc. <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Turquie. Un référendum pour saboter la démocratie <a href="https://t.co/2tIfnWPsqI">https://t.co/2tIfnWPsqI</a> <a href="https://t.co/tZctNOliKz">pic.twitter.com/tZctNOliKz</a></p>&mdash; Courrier inter (</code>courrierinter) <a href="https://twitter.com/courrierinter/status/853498877110046720">16 avril 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> Le pouvoir exécutif sera détenu par le président, la fonction de Premier ministre sera supprimée et Recep Tayyip Erdogan pourrait rester au pouvoir au moins jusqu’en 2029. Ses détracteurs dénoncent une dérive autoritaire. <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Comprendre le déclin de la démocratie en Turquie <a href="https://t.co/ZeTcTR6dLF">https://t.co/ZeTcTR6dLF</a></p>— Le Monde (@lemondefr) <a href="https://twitter.com/lemondefr/status/853542973363163137">16 avril 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">A l'heure du référendum en <a href="https://twitter.com/hashtag/Turquie?src=hash">#Turquie</a>, retour sur la dérive autoritaire du régime de Recep Tayyip <a href="https://twitter.com/hashtag/Erdogan?src=hash">#Erdogan</a>. <a href="https://twitter.com/hashtag/rappel?src=hash">#rappel</a> <a href="https://t.co/JqFW6oUjYz">https://t.co/JqFW6oUjYz</a> <a href="https://t.co/qmIsBvoPf5">pic.twitter.com/qmIsBvoPf5</a></p>— Rédac France Culture (@FC_actu) <a href="https://twitter.com/FC_actu/status/853630570752036865">16 avril 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>L’opposition dénonce des manipulations, et exige que soient recomptés 60% des bulletins. Le Conseil électoral supérieur turc a annoncé en plein référendum que les bulletins ne comportant pas le tampon officiel du bureau de vote seraient tout de même valides, suscitant la colère de l’opposition.</p>