DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Iles Kouriles : rapprochement en cours entre Japon et Russie


monde

Iles Kouriles : rapprochement en cours entre Japon et Russie

70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Russie et le Japon font un pas l’un vers l’autre pour résoudre l’un de de leurs plus gros différends, le sort du chapelet d’îles connu comme les territoires du Nord au Japon, les îles Kouriles en Russie.
Norio Maruyama, porte-parole du ministère japonais des Affaires étrangères, a accordé une interview à Euronews. Pour lui, Japonais et Russes sont “déterminés sincèrement à résoudre ce problème de traité de paix”.

“Premièrement, en ce qui concerne l’activité économique, les deux leaders ont décidé d’envoyer une mission conjointe dans les territoires du Nord (Kouriles) pour examiner la possibilité d’une telle coopération, cela se tiendra dans le courant du mois du mai, c’est le premier point très important. Le deuxième point concerne la facilitation des visites des îles pour les anciens habitants. Pour cela, deux mesures ont été prises : premièrement une visite spéciale pour aller dans les îles en utilisant l’avion, c’est la première fois qu’on utilise
l’avion et cela se déroulera peut-être au mois d’août, et la deuxième chose, c’est la visite de Habomai, il y avait un seul point d’entrée et de sortie, cette fois-ci on va créer quelques autres, pour que ça facilite la visite”.

“Cela fait plus de 70 ans que nous n’avons pas un tel traité de paix et tout le monde sait que ce n’est pas une chose facile. Mais pour ceci, il fallait avoir une nouvelle approche et cette approche a été lancée lors de la visite du président Poutine au Japon. Et c’est une nouvelle approche concrète, c’est-à-dire que nous ne sommes pas trop dans le passé, nous dessinons le futur et pour ceci, nous voyons comment les choses pourraient se faire entre le Japon et la Russie, notamment sur l’activité conjointe économique que l’on pourrait faire, et pour ceci nous avons fait des choses concrètes cette fois-ci. Je pourrais dire que cela a été un véritable pas en avant.
Ce qui nous paraît tout à fait clair, c’est qu’il faudrait une base légale pour que nous puissions appliquer ces activités tout en préservant les positions des deux côtés, c’est-à-dire que nous avons dans notre idée d’avoir un traité bilatéral entre la Russie et le Japon”.

“Si vous voyiez combien de signatures ont été faites pendant la visite du président Poutine et cette fois-ci, nous en avons fait également 28, donc il y a plusieurs entreprises japonaises qui sont intéressées et bien entendu,
c’est grâce à ces initiatives qu’on a lancé le plan de coopération sur 8 points. Sur chaque point, nous avons des sujets de coopération avec la Russie en utilisant la spécificité des entreprises japonaises, pourquoi peut-on faire cela ? Parce qu’elles sont intéressées”.

“La situation en Corée du Nord est très préoccupante. Préoccupante pour nous, préoccupante pour la Russie, pour la communauté internationale. Les deux dirigeants ont discuté sur ce point très franchement. Et ce que nous pouvons dire, c’est que la Russie est très importante parce que c’est un membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU et aussi un membre de ce qu’on appelle le six party talk, et puis elle est également un partenaire important pour le Japon, pour la stabilité et la paix de cette zone Asie-Pacifique. Et donc, le Premier ministre Abe a demandé au président Poutine d’avoir un rôle constructif pour essayer de mettre encore davantage de pression sur la Corée du Nord parce que c’est ce que nous pensons nécessaire a ce stade”.

“Historiquement, la Russie est importante pour le Japon et je pense que c’est la même chose pour la Russie.
C’est un partenaire important pour avoir la stabilité dans la zone de l’Asie-Pacifique. Et cela nous conduit à dire que ce n’est pas normal que nous n’ayons pas de traité de paix plus de 70 ans après la Seconde Guerre mondiale. Ce qui est encourageant, c’est que les deux dirigeants se soient mis d’accord que nous sommes déterminés très sincèrement à résoudre ce problème de traité de paix et ceci a été confirmé en décembre dernier et également reconfirmé cette fois-ci. On voit concrètement les progrès, je vous ai parlé des initiatives et de l’approche et l’intérêt des entreprises japonaises sur le développement. Tout ceci pourrait créer une ambiance très favorable pour conduire des négociations et nous sommes sûrs et certains que ça pourrait aboutir à un résultat positif”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

monde

1er mai : 10 000 manifestants à Athènes et grève générale en Grèce