DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Hongrie forme ses "chasseurs à la frontière"

Vous lisez:

La Hongrie forme ses "chasseurs à la frontière"

Taille du texte Aa Aa

Ces nouveaux gardes-frontières ont été institués par le Premier ministre Victor Orban et leur nom fait polémique.

Les défenseurs des droits de l’homme y voient un sous-entendu de “chasse aux migrants”.

Mark Kekesi, activiste du “Groupe Solidarité Migrants de Hongrie” : “Je crois qu’en lui-même ce nom de “chasseurs de frontière” est effrayant, j’aurais choisi autre chose.”

De leur côté, les autorités hongroises démentent tout sous-entendu dans l’intitulé des nouvelles unités spéciales de gardes-frontières.

Klara Kiss, vice directeur du Centre du centre de formation et d’entraînement de la police nationale hongroise : “Les médias peuvent tout interpréter à leur manière. Ce que nous voulons dire, c’est que ces jeunes gens vont travailler le long de la frontière, c’est cela le véritable sens.”

La police hongroise explique conduire des tests d’aptitude pour écarter les candidats xénophobes ou instables qui souhaitent intégrer les unités de “chasseurs à la frontière.”

À terme, en 2018, 3 000 “chasseurs à la frontière” devraient être déployés en Hongrie.

La politique du gouvernement de Victor Orban, notamment vis-à-vis des migrants, suscite l’inquiétude du Parlement européen qui s’est prononcé la semaine dernière pour le déclenchement d’une procédure de sanction contre la Hongrie.