DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La France pour une force anti-djihadiste du Sahel

Le chef de la diplomatie française pense arriver à convaincre ceux qui se montrent réticents au conseil de sécurité des Nations unies.

Vous lisez:

La France pour une force anti-djihadiste du Sahel

Taille du texte Aa Aa

La France appuie la création d’une force conjointe anti-djihadiste par les pays du G5 Sahel. Elle se dit confiante, l’ONU devrait l’approuver. En tournée express en Guinée, au Sénégal et en Mauritanie, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, pense arriver à convaincre ceux qui se montrent réticents au Conseil de sécurité des Nations unies. Le projet de résolution est présenté par la France qui appuie, aussi financièrement, le déploiement de cette force africaine.
C’est ce qu’il a déclaré à son homologue sénégalais Mankeur Ndiaye, hier à Dakar, après la visite d’une unité contre le cyberterrorisme. Parmi les pays du G5 Sahel, le Burkina Faso, le Mali, et le Niger évoqués ici par le ministre français :

Ces pays, singulièrement ces trois pays, dans le cadre du G5, ont décidé de créer une force conjointe, pour mener des opérations contre le terrorisme. Ces pays veulent assurer eux-mêmes, leur propre sécurité, donc nous pensons qu’il faut les appuyer dans cette démarche, parce que la sécurité des Africains, viendra, in fine, des Africains eux-mêmes.

Le prochain sommet du G5 Sahel se déroulera le 2 juillet à Bamako et le président français Emmanuel Macron y assistera. C’est la dégradation de la situation au Mali qui a conduit les pays touchés à réactiver le projet de force conjointe du G5 Sahel, évoqué depuis 2015. Des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes, françaises et de l’ONU, qui sont régulièrement visées par des attaques meurtrières, et ce, malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix censé isoler définitivement les djihadistes.