DERNIERE MINUTE

L'Etat islamique évacué de la frontière libano-syrienne

Vous lisez:

L'Etat islamique évacué de la frontière libano-syrienne

Taille du texte Aa Aa

C’est à la nuit tombée que le convoi s’est mis en route. Protégé par l’armée libanaise, près de 300 militants de l’Etat islamique a bord de bus de tourisme. ils sont évacués du Liban, direction la province de Deir Ezzor en Syrie, une des dernières régions contrôlée par le groupe djihadiste. Daech disparaît ainsi de la zone frontalière libano-syrienne. C’est le résultat de plus d’une semaine de combats entre djihadistes d’un côté et forces libanaises, Hezblloah et armée syrienne de l’autre.
Les objectifs ont été atteints”, a annoncé en soirée Hassan Nasrallah, chef de ce mouvement, dans un discours transmis en direct sur la télévision du parti. “L’EI a été chassé du territoire libanais (…) la frontière a été sécurisée et le Qalamoun ouest (du côté syrien) a été libéré” du groupe ultraradical”, a-t-il ajouté. Le chef de ce parti allié du régime syrien a précisé que le Hezbollah a perdu 11 de ses hommes dans la bataille et l’armée syrienne, sept soldats. L’armée libanaise avait annoncé ces derniers jours avoir perdu six militaires. Plus tôt, le Hezbollah et la télévision d’Etat syrienne avaient affirmé que “les bus transportant les combattants de l’EI sont partis de la région (syrienne) de Qara, dans le Qalamoun ouest, en direction de la ville de Boukamal dans la province de Deir Ezzor”. “Il n’y a plus un seul terroriste sur les collines, les montagnes, les vallées et positions frontalières”, a martelé Hassan Nasrallah.

A peine quelques heures après avoir repris leurs positions, l’armée libanaise convoque la presse, la victoire est aussi affaire de communication. “Nous avons progressé contre eux, nous avons détruit l’ennemi et planté le drapeau libanais”, commente fièrement un soldat. Au moins six soldats libanais ont trouvé la mort lors de l’offensive victorieuse. C’est la première fois que l’Etat islamique accepte publiquement une évacuation forcée de territoire qu’il détenait.