DERNIERE MINUTE

La capitale turkmène Achgabat fin prête pour ses Jeux asiatiques

Pendant douze jours en septembre, Achgabat accueille avec faste, les 5èmes Jeux asiatiques des sports en salle et des arts martiaux.

Vous lisez:

La capitale turkmène Achgabat fin prête pour ses Jeux asiatiques

Taille du texte Aa Aa

À l’approche du coup d’envoi des 5èmes Jeux asiatiques des sports en salle et des arts martiaux le 17 septembre, Achgabat règle les derniers détails dans l’organisation de cet évènement que les autorités turkmènes veulent grandiose.

Achgabat, la capitale du Turkménistan, pavoise à l’approche de ses 5èmes Jeux asiatiques des sports en salle et des arts martiaux. Mascottes, équipements et moyens de transport flambants neuf, tout y est pour accueillir les délégations venues d’Asie et d’Océanie pendant une dizaine de jours ce mois de septembre.

Les autorités turkmènes veulent un évènement digne des Jeux olympiques. “Aujourd’hui, toutes les installations du Village olympique sont fin prêtes pour ces Cinquièmes Jeux asiatiques des sports en salle et des arts martiaux, assure Dovlet Annayev, directeur adjoint de la gestion des sites. 65 délégations vont participer, environ 6000 athlètes, entraîneurs et délégués techniques sont attendus,” précise-t-il.

“Le spectacle surpassera ceux des Jeux asiatiques et olympiques”

Symbole national, un cheval de race Akhal-Téké trône au-dessus du stade olympique. Cette statue de plus de 40 mètres de haut est entrée dans le livre Guiness des records pour ses dimensions imposantes.

Dans cette enceinte de plus de 45.000 places, les organisateurs promettent lors des cérémonies d’ouverture et de clôture, un show époustouflant. Maksat Nazarov, spécialiste de l’organisation des cérémonies, l’affirme : “On prépare une grosse suprise pour ceux qui assisteront à la cérémonie d’ouverture le 17 septembre. Je peux vous assurer que le spectacle surpassera ceux que nous avons vus à l’occasion des précédents Jeux asiatiques et olympiques,” insiste-t-il.

Au centre dédié aux accréditations et aux uniformes, c’est le temps des essayages. Quelque 10.000 tenues sont à distribuer entre les volontaires et le personnel technique. Il y a six silhouettes différentes, toutes aux couleurs traditionnelles turkmènes. “Chaque couleur a sa propre signification, indique
Hojoguly Allov, responsable des uniformes au comité exécutif de ces Jeux. Par exemple, le jaune représente le sable du désert du Karakoum, le violet évoque la figue mûre ; ce rouge fait penser à nos tissus turkmènes en soie et le bleu de mon tee-shirt, c’est la mer Caspienne,” détaille-t-il.

Parmi les 21 disciplines représentées, l‘équitation occupe une place de choix. En lice lors de ces Jeux, la cavalière turkmène Fagilya Zaripova monte tout naturellement, un Akhal-Téké. Cette race très ancienne serait apparue dans cette région du monde il y a plusieurs milliers d’années. Des chevaux réputés pour leur vitesse, leur endurance et leur intelligence.

Entraînement et détermination

“Le plus dur, c’est de surmonter le stress, confie la jeune athlète. Le cheval sent tout de suite la moindre hésitation, c’est pour cela que je dois être à 100% sûre que nous allons réussir l’ensemble du parcours et gagner et je dois penser à cela avant de commencer l‘épreuve,” dit-elle.

L’un des grands objectifs des organisateurs, c’est aussi de promouvoir le sport et la santé comme moteurs essentiels dans une vie. Les compétiteurs de Jujitsu et de kick-boxing en sont l’illustration. Par exemple, Hajdimurat Geldimammedov a choisi le kick-boxing sous l’impulsion de ses grands frères. Aujourd’hui, il fait la fierté de ses proches. “Toute ma famille et tous mes amis seront présents au complexe olympique pour me soutenir, c’est très important pour moi,” souligne le jeune homme de 20 ans.

Engagée dans la compétition de jujitsu, Uliana Nazarova lance : “On est impatient que ces Jeux commencent et on est déterminé à obtenir de bons résultats lors des compétitions.”

Première ville d’Asie centrale à organiser ces Jeux, Achgabat dit avoir dépensé sans compter pour son nouveau complexe sportif : l‘équivalent de quatre milliards d’euros.