DERNIERE MINUTE

Contrôle des armes à feu : vers un front politique aux Etats-Unis ?

Après Las Vegas, le débat sur la possession d'armes et le contrôle des ventes est bien relancé, le dispositif mécanique légal dit "bump-stock" remis en question.

Vous lisez:

Contrôle des armes à feu : vers un front politique aux Etats-Unis ?

Taille du texte Aa Aa

300 millions d’armes en circulation aux Etats-Unis, détenues par 3 % des Américains… Stephen Paddock, le tueur de Las Vegas, en avait plus d’une quarantaine et pour beaucoup équipées d’un dispositif mécanique qui les rend automatique : “le bump stock”. Si le débat sur la possession d’armes et le contrôle des ventes est bien relancé, c’est ce mécanisme légal qui intéresse particulièrement certains élus Américains, Républicains et Démocrates.
Aux Etats-Unis, les armes automatiques sont interdites à la vente au niveau fédéral depuis une trentaine d’années, mais ce dispositif permet de contourner cette restriction en toute légalité.

Gabrielle Giffords, ancienne élue démocrate victime d’une fusillade pendant un meeting en janvier 2011, blessée grièvement à la tête, est revenue au Capitole pour appeler à une réforme générale du contrôle des armes :

Maintenant il est temps de se rassembler, d‘être responsable, Démocrates, Républicains, tout le monde. Nous ne devons jamais arrêter de nous battre…

Dans la fusillade de Tucson dont Gabrielle Giffords a été victime, 6 personnes ont été tuées dont une enfant de 9 ans… Et les études montrent qu‘à chaque drame, les ventes d’armes s’envolent

Le contrôle des ventes d’armes est différent selon les Etats, et plus il est faible, plus le nombre de morts par balles est élevé.

Stephen Paddock, 64 ans, comptable retraité, avait 43 armes, dont 12 fusils d’assaut modifiés pour qu’ils puissent tirer des centaines de rafales sans avoir à actionner constamment la détente avec le doigt, selon l’ATF. Il avait aussi amassé des milliers de munitions, profitant, là encore, des très faibles contrôles.