DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La France ferme les yeux sur la répression en Egypte, selon des ONG

Alors que le président égyptien entame une visite officielle à Paris, plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme dénoncent le silence "scandaleux" de la France face à la répression en Egypte.

Vous lisez:

La France ferme les yeux sur la répression en Egypte, selon des ONG

Taille du texte Aa Aa

Alors que le président égyptien entame une visite officielle à Paris, plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme dénoncent le silence “scandaleux” de la France face à la répression en Egypte et demandent à Emmanuel Macron d’interpeller le président Al-Sissi sur la situation des droits de l’Homme dans le pays.

Human Rights Watch ou Amnesty International évoquent des “tortures systématiques” exercées à “grande échelle” et des arrestations arbitraires, visant notamment des représentants de la société civile et des journalistes. Une “machine répressive”, souligne les ONG, réalisée sous couvert de la lutte contre le terrorisme.

“Les autorités françaises expliquent que l’Egypte est centrale dans la stabilité régionale et qu’il est crucial de la soutenir dans sa lutte anti-terroriste. Pourtant cette dernière, qui est entachée de graves abus, qui est prétexte à étouffer toute contestation pacifique, créée un terreau propice à la radicalisation. Les jeunes sont laissés sans aucun moyen de contestation pacifique”, souligne Bénédicte Jeannerod, directrice France de Human Rights Watch.

Symbole, pour beaucoup, de cette répression brutale, l’étudiant italien Guilio Regeni, qui avait été retrouvé mort en janvier 2016 dans la banlieue du Caire, le corps atrocement torturé. Si les services de sécurité égyptiens sont soupçonnés, la vérité sur sa mort n’a toujours pas été faite, malgré les pressions de Rome et de l’Union européenne.