DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Financement libyen : six ans d'enquêtes dans un livre

Dans "Avec les compliments du Guide", les journalistes de Mediapart Fabrice Arfi et Karl Larske reviennent sur les soupçons de financement de la campagne de N. Sarkozy par M. Kadhafi.

Vous lisez:

Financement libyen : six ans d'enquêtes dans un livre

Taille du texte Aa Aa

Le régime de Mouammar Kadhafi a-t-il financé la première campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy ? Six ans après les déclarations du fils du dictateur libyen Saïf al-Islam Kadhafi sur Euronews et malgré d’autres aveux, la justice française tente encore de trouver des preuves.

Six ans, c’est aussi ce qu’il a fallu à deux journalistes de Mediapart, Fabrice Arfi et Karl Larske, pour écrire “Avec les compliments du Guide”. Cette enquête de longue haleine compile documents, déclarations et soupçons.

Pour nous, il s’agit ni plus ni moins de la plus grave affaire que la Ve République ait connue, si ce n’est la plus grave affaire de toutes le Républiques. Car aux soupçons de corruption que nous documentons dans le livre, s’ajoutent la guerre et la mort, dont nous démontrons – comme le Parlement britannique l’a déjà raconté – qu’elle a été déclenchée sur de fausses informations. Ce n’est pas comme dans Hamlet : ‘words words words’, nous sommes face à ‘facts facts facts’, que des faits, au ras des documents et du réel“, assure Fabrice Arfi à Euronews.

Le livre questionne aussi la version officielle de la mort du “Guide”.

Personne à ce jour ne peut dire qui a tiré. Peut-être qu’il y a des gens au royaume du secret-défense en France qui le savent. Donc, il y a deux hypothèses : soit c’est la foule, les insurgés, quelqu’un qui l’a abattu. Soit ce sont des agents français ou de la coalition qui étaient présents sur place, tout cela a été documenté notamment par “le Canard Enchainé” en France. Que ce soit l’une ou l’autre des hypothèses, pour moi cela ne change rien. Rien n’a été fait pour garder Kadhafi vivant, l’amener devant la CPI qui le réclamait. L’issue est la même : il ne peut pas parler aujorud’hui“, conclut le journaliste d’investigation.

Nicolas Sarkozy a toujours nié le moindre financement libyen de sa campagne et n’a jamais été condamné dans cette affaire.