DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Poutine banalise la Révolution bolchévique, craignant un réveil de la rue

Commémoration on ne peut plus discrète pour le centenaire de la Révolution de 1917. Vladimir Poutine se méfie des révolutions.

Vous lisez:

Poutine banalise la Révolution bolchévique, craignant un réveil de la rue

Taille du texte Aa Aa

La Révolution bolchévique de 1917, connais pas ! Cela pourrait presque être la réaction de Vladimir Poutine, en caricaturant certes, alors que la Russie est censée commémorer le centenaire de cet événement majeur du XXème siècle. Le président russe a tout fait au contraire pour le minimiser. Selon des observateurs et historiens russes, le maître du Kremlin ne veut surtout pas glorifier un changement de régime par la rue, et donner des idées à ses détracteurs.

Vladimir Poutine traitera la journée du 7 novembre, avait prévenu le porte-parole du chef de l’Etat, “comme n’importe quel autre jour de travail”. Effectivement, mis à part quelques expositions et colloques par-ci par-là dans le pays, il ne s’est rien passé. Il est bien loin le temps de l’imposant défilé sur la Place Rouge de Moscou… Le président russe n’a même pas daigné se rendre dans sa ville natale de Saint-Pétersbourg, où un spectacle lumineux en 3 D sur la Révolution était organisé le week-end dernier.


Tout manifestant est un “révolutionnaire” pour Poutine

Le Parti communiste, qui reste le plus fort mouvement d’opposition au Parlement russe, s’est donc senti bien seul pour cette commémoration. Il n’a pu rassembler que quelques milliers de personnes autour de la statue de Karl Marx dans la capitale russe. Le PC ne fait même pas partie du comité d’organisation pour le centenaire, aucun de ses membres n’a été retenu par le Kremlin.


Pour Vladimir Poutine, l’anniversaire de la Révolution ne sert qu‘à une seule chose, tirer les leçons du passé. Autrement dit, faire attention à toute contestation populaire du pouvoir, surtout quand on est pressenti pour se présenter pour la quatrième fois à l‘élection présidentielle, en mars prochain. A titre préventif certainement, la police russe a encore arrêté des centaines de manifestants de l’opposition ces derniers jours. Six militants d’extrême gauche ont été condamnés ce mardi à des peines allant jusqu‘à un mois de prison pour avoir manifesté à Saint-Pétersbourg.