DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Final tragique au TPIY

Vous lisez:

Final tragique au TPIY

Taille du texte Aa Aa

Coup de théâtre au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), à la Haye (Pays-Bas). L'accusé Slobodan Praljak s'est donné la mort en avalant du poison à l'énoncé de son verdict.

Cet ancien général croate venait d'être condamné en appel à 20 ans de prison pour des crimes commis contre la population musulmane de Bosnie pendant la Guerre croato-bosniaque, au début des années 1990.

Slobodan Praljak a crié : "Praljak n'est pas un criminel", "je rejette votre verdict", avant d'avaler le contenu d'une petite fiole, un "poison" selon ses avocats.

La séance a été immédiatement interrompue.

Alors que les secours emmenaient l'homme à l'hôpital, où il est mort peu après, des enquêteurs investissaient la salle d'audience qualifiée de "scène de crime". Une enquête a été ouverte par la police néerlandaise.

Quand la séance a repris dans une autre salle, ils n'étaient plus six, mais cinq responsables politiques et militaires croates sur le banc des accusés.

Parmi eux, l'ex-dirigeant des Croates de Bosnie Jadranko Prlic, dont la peine de 25 ans de réclusion a été confirmée par la Cour, alors qu'une peine de 40 ans avait été requise. Chacun de ses coaccusés a vu sa peine confirmée en appel.

Il s'agissait de la dernière séance du TPIY, instauré en 1993 par les Nations unies pour juger les responsables des guerres de Croatie, de Bosnie-Herzégovine et du Kosovo.

Le conflit pour le partage de la Bosnie aurait fait plusieurs dizaines de morts.