DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un président turc en Grèce, la diplomatie avant tout

Vous lisez:

Un président turc en Grèce, la diplomatie avant tout

Taille du texte Aa Aa

Recep Tayyip Erdogan est attendu en Grèce, une visite historique pour les deux pays. 

Au cours des deux jours à venir, le président turc va rencontrer son homologue Prokopis Pavlopoulos et le Premier ministre Alexis Tsipras à Athènes. Ils discuteront des problèmes de sécurité et de la crise des réfugiés. Erdogan est aussi attendu à Thrace dans le nord de la Grèce où il doit rencontrer des représentants d'une minorité musulmane. La dernière fois qu'il est venu en en Grèce, c'était en 2010, en sa qualité de Premier ministre.

"L'expansion des canaux de communication, le développement d'un agenda positif entre les deux pays à un moment où, comme vous pouvez le voir, il y a des difficultés, peuvent avoir de multiples avantages pour les deux pays. Le dialogue et la diplomatie apportent toujours des résultats", a déclaré Ionannis Amanatidis, chef de la diplomatie grecque.

En juillet dernier, en Suisse, les négociations sur la réunification de l'île divisée de chypre, pourtant les plus prometteuses depuis des décennies, avaient échoué.

"Nous espérons que la Turquie répondra à la position du gouvernement grec afin d'entamer un dialogue constructif entre les deux pays, afin que nous puissions voir, grâce à ce dialogue, s'il existe l'infrastructure nécessaire pour convoquer une nouvelle conférence sur Chypre", a déclaré Nicos Christodoulides, porte-parole du gouvernement chypriote.

Entre les pilotes d'hélicoptère du coup d'Etat manqué de juillet 2016 que la Grèce refuse d'extrader et la question chypriote, les sujets de discorde ne vont pas manquer entre Tsipras et Erdogan.

Et notre correspondant à Athènes, Akis Tatsis, de conclure : 

"Les préparatifs de la visite du président turc en Grèce ont duré sept mois. Athènes et Ankara parlent d'un événement historique, parce que Recep Tayyip Erdogan est le premier président turc à visiter la Grèce depuis 65 ans. Malgré leurs divergences anciennes, les deux pays semblent vouloir maintenir ouverts les canaux de communication, certains que c'est le seul moyen de résoudre les problèmes éventuels."