DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"The Square", vainqueur incontesté des Prix du cinéma européen

Vous lisez:

"The Square", vainqueur incontesté des Prix du cinéma européen

Taille du texte Aa Aa

Les Prix du cinéma européen ont fêté leur trentième édition en récompensant l’actrice et réalisatrice franco-américaine Julie Delpy pour son action en faveur du rayonnement du cinéma européen, ainsi que le cinéaste russe Aleksandr Sokurov pour l’ensemble de sa carrière. Mais le grand vainqueur de cette édition, c’est “The Square qui a décroché six Prix dont ceux du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur acteur pour Claes Bang.

Les Prix du cinéma européen décernés à Berlin ont fêté cette année, leur trentième édition. Depuis sa création en 1988 à la veille de la chute du Rideau de fer, cette Académie équivalente des Oscars de ce côté de l’Atlantique récompense les meilleurs films made in Europe. Ici, l’unité européenne s’affiche bien loin du Brexit et de la montée des nationalismes.

Point of view

La valeur du cinéma européen est sans prix.

Julie Delpy Actrice et réalisatrice franco-américaine

Lors de la remise des prix samedi 9 décembre, Aleksandr Sokurov a reçu un prix pour l’ensemble de son œuvre. Le cinéaste russe a été salué non seulement en tant que référence artistique, mais aussi en tant que défenseur de la liberté d’expression et des valeurs humanistes.

Parmi ses films lauréats de prix internationaux, on peut citer “l’Arche russe”, drame fantastique sorti en 2002 et “Faust”, un film qui est bien sûr, inspiré du grand classique de Goethe et qui a décroché le Lion d’Or au Festival du film de Venise en 2011.

“La valeur du cinéma européen est sans prix”

Au cours de cette soirée, Julie Delpy a été récompensée pour son action en faveur du rayonnement du cinéma européen. Cette actrice et réalisatrice franco-américaine que Jean-Luc Godard a fait débuter devant sa caméra à l‘âge de 14 ans a à ce jour, réalisé, écrit ou joué dans plus de 70 films de genres très différents.

“Pour moi, c‘était très important de gagner un prix d’un comité européen, insiste Julie Delpy, parce que pour moi, la valeur du cinéma européen est sans prix, c’est une valeur artistique, une valeur intellectuelle, une valeur culturelle qui est extraordinaire.”

Le triomphe de “The Square”

Mais le nom le plus cité ce soir-là est bien celui de Ruben Östlund. Son film “The Square” déjà lauréat de la Palme d’Or du dernier festival de Cannes, a remporté six récompenses : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure comédie, meilleur scénario, meilleure direction de la production et meilleur acteur pour Claes Bang.

Ruben Östlund nous livre sa réaction en s’adressant tout d’abord à Claes Bang à ses côtés : “Je suis vraiment très heureux que tu gagnes le Prix du meilleur acteur, je crois que tu le mérites vraiment, dit-il. Pour moi, être désigné meilleur réalisateur, je suis super content parce que j’avais de très sérieux concurrents,” reconnaît-il.

Claes Bang et Alexandra Borbély, meilleurs acteur et actrice

C’est la première fois que ce Prix du meilleur acteur est attribué à un comédien danois. Un motif de fierté supplémentaire pour Claes Bang. “Pour un acteur, nous faire confiance à ce point, découvrir ce rapport avec un réalisateur qui vous laisse le temps et l’espace pour tenter des choses et explorer, c‘était incroyable, ça a été l’expérience la plus dingue de ma carrière,” assure l’acteur.

Alexandra Borbély est désignée “Meilleure actrice” pour son rôle dans Corps et âme d’Ildikó Enyedi. Elle y incarne une responsable qualité dans un abattoir au comportement proche de l’autisme. La jeune femme et l’un de ses collègues se rencontrent en rêve toutes les nuits dans un forêt sous la forme de cerfs.

À la tribune, Alexandra Borbély avait du mal à cacher son émotion : “Je ne peux pas parler, j’avais tout écrit, mais je ne vais pas y arriver, merci,” lance-t-elle simplement.

Prix du public : “Stefan Zweig, Adieu l’Europe”

Quant au prix du public du meilleur film européen, il a été attribué au long-métrage Stefan Zweig, Adieu l’Europe de Maria Schrader.

“Tous les réalisateurs réunis ici sont des Européens convaincus : très peu de films réalisés en Europe ne peuvent boucler leur financement sans être coproduits avec d’autres pays européens,” fait remarquer pour conclure Wolfgang Spindler, notre reporter sur place.

Plus de cinema