DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La toile se referme sur la "veuve noire"

Vous lisez:

La toile se referme sur la "veuve noire"

Taille du texte Aa Aa

La veuve noire est une araignée au venin extrêmement toxique, connue parce que la femelle mange le mâle après l'accouplement. C'est le surnom dont a été affublée Patricia Dagorn, 57 ans.

Son procès s'est ouvert lundi à Nice. Elle est accusée d'être une empoisonneuse en série venue sur la Côte d'Azur pour escroquer des veufs, dont deux son morts.

Dans le box des accusés, on est loin de la jeune femme "à la gueule d'ange et aux formes généreuses". Patricia Dagorn apparaît les traits tirés et vêtue d'un jogging difforme et peu avantageux. Marquée par cinq années d'incarcération, elle écoute sans ciller sa vie défiler.

On apprend qu'elle est née à Paris, a grandi dans le Finistère avant de quitter, très jeune, le foyer familial pour errer dans les rues de la capitale. C'est là qu'elle rencontre Luc, son premier mari, qu'elle suivra dans le Gers. En 1991, son demi-frère la soupçonne d'avoir assassiné sa propre mère pour toucher une assurance-vie d'un million de francs, des circonstances qui n'ont pas fait l'objet d'enquête.

En 2010, elle accomplit son rêve et part s'installer sur la Côte d'Azur. Elle s'engage dans une agence matrimoniale et commence à rencontrer des hommes, tous plus âgés, à la retraite et pour la plupart veufs et fortunés.

Les soupçons se portent sur elle lorsque deux de ses "fréquentations" décèdent dans des conditions étranges. Francesco Fillipone, 85 ans, est retrouvé mort dans sa baignoire en février 2011. Michel Kneffel avait, lui, 65 ans et a été assassiné en juillet 2011 avec un mélange d'alcool et de Valium.

Aucunes charges ne sont retenues contre elle mais quelques mois plus tard, la "veuve noire" refait parler d'elle en Haute-Savoie, près d'Annemasse. En mai 2012, elle agresse un veuf de 87 ans, Robert Mazereau, qui avait accepté de l'héberger en échange de relations sexuelles.
Elle est condamnée à 5 ans de prison en 2013 mais l'enquête relance surtout le dossier Kneffel avec la découverte dans ses affaires de flacons de Valium et de documents au nom d'une dizaine d'hommes différents, du simple RIB jusqu'au chéquier en passant par des copies de papiers d'identité ou de carte vitale.

Alertés, plusieurs victimes présumées ont depuis portées plainte et défilent depuis lundi devant la cour d'assises des Alpes-Maritimes. Comme Ange Pisciotta, qui a retrouvé du Lexomil dans sa bûche de noël fin 2011, ou Robert Vaux, intoxiqué au Valium début 2012.
Elle aurait agi par appât du gain, l'enquête ayant démontré que la quinquagénaire alors dans la fleur de l'âge a obtenu de l'argent, ou cherché à pouvoir hériter de ses victimes. Le verdict du procès de "la veuve noire" de la Côte d'Azur est attendu jeudi, Patricia Dagorn risque la perpétuité.