DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Islande, locomotive de l'égalité hommes-femmes en Europe

Vous lisez:

L'Islande, locomotive de l'égalité hommes-femmes en Europe

Taille du texte Aa Aa

L’actualité récente nous a montré que l‘égalité des droits et des opportunités pour les femmes, sans parler du respect fondamental de leur corps, est un combat qui n’est pas encore gagné, même dans les sociétés que nous pensions plus avancées. Maintenant que nous savons pourquoi et comment les droits des femmes sont souvent bafoués, l‘équipe d’Insiders a choisi de chercher des contre-exemples et des pays qui sont aux avant-postes de la parité et de comprendre comment ils l’appliquent.

Voyage au pays de la parité

En Europe, un pays se démarque pour ses excellents résultats dans ce domaine : l’Islande. L‘île nordique actuellement dirigée par la plus jeune Première ministre d’Europe – âgée de 42 ans – occupe depuis neuf ans, la tête du classement du rapport du Forum économique mondial sur la parité. Elle a adopté une législation forte qui par exemple, rend illégales les rémunérations inférieures pour les femmes et des dispositifs qui visent à favoriser l‘égalité en matière d‘éducation, de santé et d’opportunités d’emploi. Les Islandaises récoltent ainsi les fruits d’un long combat pour les droits des femmes.

En se rendant sur place, notre reporter Valérie Gauriat a découvert comment les exigences de parité imprègnent tous les pans de la société islandaise : les sphères privée, professionnelle et religieuse avec des femmes prêtres de l’Eglise luthérienne qui n’hésitent pas à désigner Dieu en disant “Elle”.

La lutte pour l‘égalité est aussi menée en milieu scolaire : les questions de genre font l’objet d’un enseignement obligatoire au lycée. Garçons et filles sont parfois séparés à l‘école maternelle et primaire pour mieux révéler leur potentiel.

Et puis il y a aussi la scène musicale où les droits des femmes ont fait leur entrée de manière fracassante grâce à Reykjavikurdaetur (“les filles de Reykjavik” en français), un collectif d’artistes et un groupe de rap exclusivement féminins. L’une de ses membres Sólveig Pálsdóttir explique : “On fait exactement ce que l’on veut sur scène sans s’en excuser. Je crois que le féminisme aujourd’hui, poursuit-elle, ce n’est pas juste occuper l’espace, c’est aussi ne pas avoir peur d’explorer toutes les facettes de ce qu’est être une femme (…) parce qu’on vit encore dans une société structurée qui nous pousse vers le bas.”

Pays nordiques : "Une référence à suivre"

Pour voir où se situe l’Europe en matière d‘égalité, nous avons interrogé Virginija Langbakk, directrice de l’Institut européen pour l‘égalité hommes-femmes (EIGE). Elle se félicite que les pays scandinaves aient établi “le standard de référence à suivre” pour les autres nations européennes. Mais elle estime que de manière générale en Europe, la répartition des tâches privées entre les sexes est de plus en plus inéquitable et qu’il reste beaucoup à faire pour mettre fin aux inégalités de traitement dans le monde du travail et aux violences faites aux femmes.