DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Assassinat de Jan Kuciak : la Slovaquie sous le choc

Vous lisez:

Assassinat de Jan Kuciak : la Slovaquie sous le choc

Taille du texte Aa Aa

Les corps du journaliste et de sa compagne, Martina Kusnirova, ont été découverts dimanche dans leur maison à Velka Maca, à environ 65 kilomètres à l'est de Bratislava. Ce double meurtre a été commis entre jeudi et dimanche, selon la police. Jan Kuciak a été tué d'une balle à la poitrine alors que sa compagne a été touchée à la tête

Selon la police, ce crime est "très probablement lié" au travail du journaliste. Jan Kuciak travaillait pour le site aktuality.sk. Il se spécialisait dans les affaires de corruption, dont celles concernant les possibles liens entre le monde des affaires et le parti SMER-SD au pouvoir.

"S'il s'avère que l'acte commis est en relation avec le travail du journaliste (...), je peux vous garantir que ce sera l'enfer ici. Tout sera fait pour tirer au clair cette affaire car il n'est pas possible de dire que nous vivons dans un État démocratique et voir ce genre de chose arriver chez nous", a déclaré le procureur général Jaromir Ciznar au cours d'une conférence de presse.

Le Premier ministre slovaque Robert Fico a présenté mardi aux journalistes plusieurs piles de billets de banque représentant une prime d'un million d'euro pour toute information susceptible d'aider à trouver les responsables du crime.

"Je tiens à faire part de mes sincères condoléances. Si cet acte est bien lié à son travail, cet événement est sans précédent. C'est une attaque contre la liberté de la presse", a-t-il ajouté.

M. Fico est connu pour ses critiques virulentes à l'égard des médias. Lors d'une conférence de presse en 2016, il avait déclaré à des journalistes qu'ils étaient de "sales prostituées anti-Slovaques". Il avait également qualifié les journalistes "de simples hyènes idiotes" et de "serpents visqueux".

Mardi, M. Fico a indiqué qu'il allait rencontrer les rédacteurs des principaux médias pour les assurer "que la protection de la liberté d'expression et la sécurité des journalistes est une priorité" pour son gouvernement.