DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Expulsion massive de diplomates russes en Europe et aux Etats-Unis

Vous lisez:

Expulsion massive de diplomates russes en Europe et aux Etats-Unis

Taille du texte Aa Aa

Les diplomates et agents des renseignements russes "identifiés" sont devenus persona non grata dans l'Union européenne et en Amérique du Nord. Ils sont expulsés de tous les côtés, selon une décision coordonnée entre les pays occidentaux. Les Etats-Unis annoncent que 60 Russes doivent quitter leur territoire dans sept jours maximum. Le consulat russe de Seattle, dans l'Etat de Washington, va carrément être fermé. Le Canada décide également de renvoyer chez eux 4 diplomates.

En Europe, pas moins de 14 pays ont décidé de sévir. La France, notamment, informe que 4 représentants russes sont priés de faire leurs valises. Cette mesure intervient pour exprimer la solidarité du gouvernement français envers l'exécutif britannique, à la suite de l'empoisonnement de l'agent double russe Serguei Skripal et de sa fille le 4 mars dernier à Londres; la Première ministre,Theresa May, accuse ouvertement le pouvoir russe.

"Nous avons notifié aujourd'hui aux autorités russes notre décision d'expulser du territoire français quatre personnels russes sous statut diplomatique, dans un délai d'une semaine", a indiqué le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, a réagi sur son compte Twitter : "La réponse internationale extraordinaire de nos alliés constitue le plus grand mouvement d'expulsion d'agents des services secrets russes de l'histoire, et permet de défendre notre sécurité partagée", écrit-il. "La Russie ne peut pas violer les lois internationales en toute impunité".

Dans le reste de l'UE, 28 diplomates russes sont sur un siège éjectable :

4 en Allemagne et en Pologne.

3 en République Tchèque et en Lituanie.

2 en Italie, en Espagne, au Danemark et aux Pays-Bas.

1 en Estonie, en Lettonie, en Finlande, en Suède, en Roumanie et en Croatie.

Le Royaume-Uni a déjà procédé à l'expulsion de 23 représentants de la diplomatie russe.

Et l'Union européenne ne compte pas en rester là. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a affirmé ce lundi : "Des mesures supplémentaires, incluant de nouvelles expulsions, ne sont pas exclues dans les prochains jours et (prochaines) semaines".

Et par ailleurs, l'Ukraine expulse 13 diplomates russes en tout. Elle justifie son action par "un esprit de solidarité avec nos partenaires britanniques et nos alliés transatlantiques et en coordination avec les pays de l'UE".

La Russie, piquée au vif, rétorque qu'il s'agit d' "un geste provocateur". Selon ses dirigeants, la "prétendue solidarité avec Londres (...) témoigne de la poursuite d'une ligne de confrontation visant à aggraver la situation". Le ministère russe des Affaires étrangères ne cache pas qu'une riposte est à attendre : "Il va sans dire que cette mesure inamicale ne restera pas sans conséquences et que nous allons forcément y répondre".