DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vidéo 360° : Crise humanitaire à la frontière colombo-vénézuélienne

Vous lisez:

Vidéo 360° : Crise humanitaire à la frontière colombo-vénézuélienne

Taille du texte Aa Aa

Monica Pinna, Euronews :

Voici le pont Simon Bolivar, à Villa del Rosario, près de Cúcuta, en Colombie. Nous sommes à quelques centaines de mètres de la frontière avec le Venezuela, du côté colombien. Comme les gens que vous voyez autour de moi, près de 40 000 personnes traversent le pont tous les jours“.

Cúcuta est le poste-frontière le plus traversé de Colombie. C’est le moins dangereux pour les Vénézuéliens. Ailleurs, le long de la frontière poreuse de 2 200 kilomètres qui séparent les deux pays, les migrants risquent de tomber dans des zones sous le contrôle de groupes armés.

Au bureau des migrations, près de la frontière à Cúcuta, chaque jour environ 3 500 personnes font tamponner leur passeport. Leur priorité en arrivant ici, est de contacter leurs familles.

Ils leur apprennent qu’ils sont bien arrivés en Colombie, et qu’ils sont prêts à repartir. En effet, la plupart des personnes ici sont en route vers un pays tiers et ont encore un long chemin devant eux.

Certains nous ont raconté les difficultés rencontrées à la frontière et notamment le prix qu’ils ont dû payer pour pouvoir quitter leur pays.

Ils demandent 20 dollars, ce qui fait 30 000 pesos colombiens ou 2,5 millions de bolivars“, explique un homme. “C’est trois fois le salaire minimum. C’est beaucoup d’argent.”

La crise politique au Venezuela et son économie aux abois – l’inflation a atteint 2 600 % l’an dernier – ont provoqué de graves pénuries de médicaments et de nourriture. Des maladies comme la tuberculose et la malaria ont réapparu, d’après plusieurs sources.

Jusqu‘à quatre millions de Vénézuéliens auraient quitté leur pays depuis le début de la crise. Deux millions rien que l’an dernier, d’après les chiffres officiels. De plus en plus de migrants s’installent à Cúcuta où font des aller-retour pour faire tourner leur petit commerce.

Cette ville frontalière, et avec elle toute la Colombie, se retrouvent plongées dans une crise humanitaire d‘échelle mondiale.