DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En Hongrie, la fondation Soros sur le départ

Vous lisez:

En Hongrie, la fondation Soros sur le départ

Taille du texte Aa Aa

En Hongrie, l'étau se resserre contre la Fondation du milliardaire George Soros, l'ennemi juré du Premier ministre hongrois brillamment réélu le 8 avril dernier.

Après la publication dans la presse gouvernementale d'une liste dénonçant tous les employés de George Soros - une dénonciation appuyée par Viktor Orban - la Fondation pourrait finalement déménager à Berlin pour raison de sécurité. Après 34 ans de présence dans le pays.

Csaba Csontos, porte-parole de l'Open Society Foundations : "Le gouvernement a transformé en ennemis George Soros, sa fondation et tous les employés qui travaillent avec nous. Or beaucoup de nos militants sont Hongrois, d'autres sont étrangers, mais je suis sûr que tous nos employés hongrois sont aussi bons citoyens que n'importe qui d'autre en Hongrie. La campagne de haine du gouvernement nous a transformé en ennemi dans notre propre pays."

Contrairement à ce qu'a annoncé le quotidien autrichien Die Presse, le déménagement à Berlin de la Fondation n'aurait pas encore été entériné. Mais ce déménagement fait bien partie des options sur la table.

La Fondation de George Soros rappelle qu'elle subventionne en Hongrie de nombreuses associations à buts non lucratifs dans le domaine de la santé ou de l'éducation, comme l'explique cette bénévole.

Anett Csordas, présidente de 'Step by Step' : "Notre ONG aide les personnes handicapées de plusieurs façons, nous aidons les parents qui s'occupent de leurs enfants handicapés 24 heures sur 24 pour obtenir des prestations décentes, ou nous luttons pour l'accessibilité du système de transport public de Budapest ou l'égalité de scolarisation pour les enfants handicapés et déficients mentaux."

"Selon un récent sondage, la plupart des militants travaillant pour les ONG en Hongrie ont répondu qu'ils se sentaient menacés par l'atmosphère régnant dans le pays", explique Gabor Acs, notre correspondant à Budapest. Et de conclure : "Tous ces militants espèrent que l'Union européenne les soutiendra davantage à l'avenir."