Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Volodymyr Zelensky appelle l'UE à rester unie face à la Russie

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Sur cette photo fournie par la présidence ukrainienne, le président Zelensky répond a une interview en ligne à Kiev, vendredi 21 janvier 2022.
Sur cette photo fournie par la présidence ukrainienne, le président Zelensky répond a une interview en ligne à Kiev, vendredi 21 janvier 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : AP (Ukrainian Presidential Press Office)   -  

Le chef de l'Etat ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé lundi l'Union européenne à rester unie face à la Russie, dans un entretien avec le président du Conseil européen et après des déclarations controversées de responsables allemands.

Dans la soirée, le président ukrainien a également appelé sur Telegram à "ne pas paniquer" et assuré que la situation était "sous contrôle" dans l'Est, où l'armée ukrainienne combat des séparatistes pro-russes et où le Kremlin l'a accusée de préparer une offensive.

Lors de sa conversation avec le président du Conseil européen Charles Michel, M. Zelensky "a souligné que, pour l'Ukraine, il était important de préserver l'unité de tous les pays membres de l'UE quant à la protection de la souveraineté et de l'intégrité territoriale" de son pays, sur fond de craintes d'une invasion russe, selon un communiqué de la présidence ukrainienne.

"L'Ukraine ne cédera pas aux provocations, mais, au contraire, elle gardera son calme avec ses partenaires", a-t-il ajouté.

Faisant écho aux propos de M. Zelensky, le patron du Conseil de sécurité ukrainien, Oleksiï Danilov, a lui aussi estimé que la "situation est totalement sous contrôle". Il a dit "ne voir aucun raison d'affirmer qu'une attaque de grande envergure" contre l'Ukraine était en préparation, malgré les mouvements de troupes russes.

Il a également souligné que Kiev "ne compte attaquer personne", en référence aux accusation de Moscou quant à une éventuelle offensive contre les séparatistes.

Ces déclarations font suite au tollé suscité par le chef de la Marine allemande, qui a qualifié d'"ineptie" l'idée selon laquelle la Russie pourrait envahir l'Ukraine et estimé que le président russe Vladimir Poutine "méritait probablement" le respect.

L'irritation du gouvernement ukrainien est également alimentée par le refus persistant de l'Allemagne de livrer des armes à l'Ukraine, une position que ce pays juge à même d'"encourager" la Russie.

Ces prises de position ont provoqué la colère de beaucoup d'Ukrainiens, dont le maire de Kiev et ancien champion du monde de boxe Vitaly Klitschko, une célébrité en Allemagne où il a vécu des années.

Cela "ressemble à la trahison d'un ami", a lancé M. Klitschko sur Facebook. "Ma question au gouvernement allemand est donc : de quel côté êtes-vous ? Êtes-vous du côté de la liberté et donc du côté de l'Ukraine ? Ou vous tenez-vous aux côtés de l'agresseur ?", a-t-il ajouté.

"Aux yeux des Ukrainiens, l'Allemagne devient de plus en plus le complice de l'agresseur" russe et "c'est une vraie catastrophe" pour les relations avec Berlin, a de son côté jugé dans une tribune l'influent site internet Evropeïska Pradva, spécialisé dans la politique internationale.

Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et les pays baltes ont pour leur part annoncé l'envoi d'armes à l'Ukraine. Traditionnellement réticente depuis la Deuxième Guerre mondiale à tout engagement militaire, l'Allemagne considère que ce type de soutien ne ferait qu'aggraver les tensions.