Ce qu'il faut retenir après 6 jours de guerre en Ukraine

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
Personnels de secours ukrainiens transportant le corps d'une victime du bombardement russe ayant touché le centre-ville de Kharkiv, le 01/03/2022
Personnels de secours ukrainiens transportant le corps d'une victime du bombardement russe ayant touché le centre-ville de Kharkiv, le 01/03/2022   -   Tous droits réservés  Pavel Dorogoy/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

**Poursuite des bombardements russes à Kiev et à Kharkiv notamment, ralentissement du convoi de blindés russes vers la capitale, exode des réfugiés... Le point sur les développements du jour dans la guerre en Ukraine.
**

Frappe russe contre la tour de télévision à Kiev

Une frappe russe a visé mardi la tour de télévision à Kiev, faisant plusieurs morts et entraînant pendant une heure l'interruption de la diffusion des chaînes, a annoncé le ministère ukrainien de l'Intérieur.

Sur des images diffusées par les autorités, on la voit noyée dans une épaisse fumée grise, mais toujours debout.

La frappe a "touché" des équipements de cette tour, qui est située non loin d'un important mémorial aux victimes de la Shoah.

Un peu plus tôt, l'armée russe avait appelé les civils vivant près d'infrastructures des services de sécurité à évacuer, disant vouloir s'en prendre à elles pour faire cesser "les attaques informatiques contre la Russie".  

Bombardements sur Kharkiv

Les bombardements se sont succédé sur Kharkiv, une ville d'1,4 million d'habitants proche de la frontière avec la Russie, dont les assaillants essaient de s'emparer.

Sur sa place centrale, le siège de l'administration régionale a été en partie détruit, a déclaré le gouverneur Oleg Sinegoubov, dans une vidéo sur Telegram montrant une explosion.

Au moins 10 personnes ont été tuées et plus de 20 blessées, tandis que huit autres ont péri quand un immeuble d'habitation a été touché.

Convoi des blindés russes

Des photos rendues publiques dans la nuit de lundi à mardi par la société américaine d'imagerie satellitaire Maxar montraient un convoi russe s'étirant sur des dizaines de kilomètres et se dirigeant vers la capitale à partir du nord-ouest.

Pour le ministère américain de la Défense, la situation n'était cependant pas si claire qu'il n'y paraissait au premier abord.

"Nous avons le sentiment général que le mouvement de l'armée russe (...) vers Kiev est au point mort à ce stade", a en effet déclaré un de ses responsables.

"Nous pensons que c'est lié en partie à son propre approvisionnement et à des soucis logistiques" et que, "plus globalement", "les Russes sont en train de faire le point pour repenser" leur stratégie, a-t-il poursuivi.

Dans la capitale ukrainienne, en tout cas, ceux qui sont restés se préparent comme ils peuvent à l'arrivée des troupes russes, érigeant des barricades, creusant des tranchées et confectionnant des cocktails Molotov.

Avancées russes dans le sud-est

Les forces russes semblaient avoir progressé dans le sud de l'Ukraine, sur les rives de la mer d'Azov, où se trouvent plusieurs grandes villes.

Dans le port de Marioupol, "tous les quartiers" sont soumis à des bombardements, a dit le gouverneur de la région, parlant de 21 blessés et d'un nombre indéterminé de morts.

Le ministère russe de la Défense a affirmé que ses troupes qui progressaient le long de la côte à partir de la Crimée avaient rejoint celles en provenance du territoire séparatiste pro-russe de Donetsk, leur donnant une continuité territoriale stratégique.

L'information était dans l'immédiat invérifiable. Peu auparavant, l'armée ukrainienne avait affirmé avoir fait échouer cette tentative. 

Bilans humains incertains

La liste des morts continue ainsi de s'allonger sans qu'on ait des chiffres vérifiables. Kiev parle de plus de 350 civils tués.

Mais ni les Russes ni les Ukrainiens ne précisent les pertes militaires.

Un million d'Ukrainiens déplacés

Depuis le début de l'invasion russe le 24 février, un million de personnes ont été déplacées en Ukraine même et plus de 677.000 sont parties vers les pays voisins - essentiellement la Pologne, mais aussi la Hongrie, la Slovaquie et la Roumanie, selon le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés.

De longues files de voitures continuaient à se diriger vers la frontière polonaise, à partir de la grande ville de l'ouest de l'Ukraine, Lviv, devenue une porte de sortie et un centre de repli, pour les Ukrainiens comme pour les ambassades occidentales. 

Round de négociations

Un nouveau round de discussions entre représentants russes et ukrainiens pourrait avoir lieu ce mercredi, à en croire des médias russes. Des discussions qui auraient lieu cette fois à la frontière entre la Pologne et le Bélarus.

Les premières discussions ce lundi ont été infructueuses.

Réunion sur le nucléaire

Ce mercredi matin une réunion doit se tenir à Vienne en Autriche, au siège de l'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Cette réunion est consacrée aux installations nucléaires en Ukraine.

Les experts s'inquiètent notamment de l'état des déchets nucléaire sur le site de Tchernobyl, désormais aux mains des Russes.