Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Des Russes d'Espagne disent leur opposition à la guerre en Ukraine

Access to the comments Discussion
Par Carlos Marlasca
Andrey Kordochkin, doyen de la cathédrale orthodoxe Sainte-Marie-Madeleine de Madrid, critique Vladimir Poutine.
Andrey Kordochkin, doyen de la cathédrale orthodoxe Sainte-Marie-Madeleine de Madrid, critique Vladimir Poutine.   -   Tous droits réservés  Capture d'écran Euronews   -  

Chaque week-end, plusieurs centaines de personnes, des Ukrainiens pour la plupart, viennent se recueillir au siège de l'Eglise orthodoxe russe à Madrid, en Espagne.

Son responsable, Andrey Kordochkin, né à Saint-Pétersbourg en Russie, n'hésite pas à critiquer Vladimir Poutine suite au déclenchement de la guerre en Ukraine.

"Je pense que c'est un homme qui a une vision grandiose de lui-même. Je ne suis pas psychiatre mais c'est quelque chose qui caractérise les psychopathes et les personnes souffrant de narcissisme. Mais il n'est pas la seule personne comme ça dans l'histoire", déclare le doyen de la cathédrale orthodoxe Sainte-Marie-Madeleine de Madrid, au micro de notre correspondant. 

Sofia Ladanyuk est russe elle-aussi. Elle s'est rendue en Ukraine pour aller chercher sa grand-mère et la mettre en sécurité en Espagne. 

"Ce qui me manque le plus, c'est ma famille et mes amis car je réalise qu'il y a une chance que nous ne nous revoyions jamais", souligne celle qui redoute de ne pas jamais pouvoir retourner en Russie.

Quelque 95 000 Russes et 115 000 Ukrainiens vivent en Espagne. Dans certaines villes où ils représentent un pourcentage important de la population, l'invasion de l'Ukraine a provoqué certaines tensions. 

Mais pas au sein du couple formé par Polyna Korneva qui est russe et Vadym Kyrylyuk, ukrainien. La guerre a en revanche éloigné la jeune femme de sa famille qui vit au sud de Moscou après sa condamnation de l'invasion. 

"Quand j'ai réalisé que la plupart d'entre eux étaient en faveur de la guerre, je me suis sentie comme morte à l'intérieur, j'ai senti mon cœur saigner. J'ai ressenti une douleur que je n'avais jamais ressentie de ma vie", témoigne Polyna Korneva.

Si la guerre a rapproché ce couple dans sa relation, il consacre désormais tous les deux une grande partie de leur temps à suivre les informations en provenance d'Ukraine.