Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Ukraine : les derniers habitants d'Irpin quittent la ville toujours pilonnée

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Ukraine : les derniers habitants d'Irpin quittent la ville toujours pilonnée
Tous droits réservés  Felipe Dana/AP   -  

Depuis le début de la guerre, environ dix millions d'Ukrainiens ont fui leurs foyers.

Les derniers habitants d'Irpin quittent la ville. Localité tranquille de la banlieue de Kyiv, la cité a un emplacement stratégique dans la tentative d'encerclement de la capitale par les forces russes, et a été transformée en théâtre de combats acharnés.

La plupart de ses habitants avaient quitté la ville en empruntant les restes d'un pont détruit et, maintenant, ce sont ses derniers occupants qui l'abandonnent.

Triste anniversaire pour une enfant déplacée

La petite Daria joue avec ses mitaines en forme de dinosaure, avant d'embarquer dans le car qui emmène sa famille loin des combats qui ont détruit sa maison à Irpin, juste avant de fêter son quatrième anniversaire.

"Nous avions prévu un gâteau avec des bougies, mais on a dû les laisser derrière", raconte Susanna Sopelnikova, 29 ans, en serrant fort sa fille sur ses genoux. Avec son frère, Yehor, six ans, assis silencieusement près de leur père, Anatolii, ils attendent le départ du car, tandis que le grondement des explosions résonne au loin.

Ils font partie des derniers à quitter la petite ville, où la vie est devenue impossible avec d'intenses combats opposant forces ukrainiennes et russes.

Malgré l'annonce la veille par le maire de Kyiv selon laquelle les forces ukrainiennes contrôlent l'essentiel de cette municipalité au nord-ouest, la bataille fait rage, comme en témoignent les colonnes de fumée noire qui s'en échappent.

"Nous sommes restés dans le sous-sol pendant environ trois semaines, avant de décider de partir", dit la mère, un fichu sur la tête.

"Une bombe a frappé notre maison, pulvérisant les fenêtres et les portes. Mais nos enfants sont vivants, nous sommes vivants. Les enfants vont bien, comme si rien ne s'était passé", assure-t-elle.

Un vent mordant soulève la poussière des ambulances qui transportent les malades, les personnes âgées et les blessés vers un centre d'évacuation de fortune, à la limite de Kiev.

D'autres ont été emmenés en sécurité par des volontaires, avant d'embarquer dans des cars d'un jaune vif vers un avenir incertain.

En fuite avec ses cinq chiens

"Il y avait beaucoup de tirs, ils ont touché ma maison. Les fenêtres, les portes, les plafonds sont détruits", raconte Iaroslava Delichevska, 58 ans, qui a fui avec les cinq chiens de la famille.

Elle veille sur un Loulou de Poméranie, assis tremblant dans un bac en plastique: "ils ont peur des explosions et des tirs. Je ne pouvais pas les laisser derrière. Comment le pourrait-on?".

Selon l’Unicef, depuis le début de la guerre, plus de la moitié des enfants en Ukraine ont dû quitter leur foyer. En seulement 1 mois, 3,6 millions d'Ukrainiens se sont réfugiés dans d'autres pays.