Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Guerre en Ukraine : le "Moskva" a bien été coulé par des missiles, selon le Pentagone

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Archives du croiseur lance-missiles russe Moskva en patrouille en mer Méditerranée près des côtes syriennes, le 17 décembre 2015
Archives du croiseur lance-missiles russe Moskva en patrouille en mer Méditerranée près des côtes syriennes, le 17 décembre 2015   -   Tous droits réservés  AP/Russian Defense Ministry Press Service   -  

Le "Moskva" a bien été coulé par des tirs de missiles ukrainiens. C'est ce qu'a déclaré vendredi un haut responsable du ministère américain de la défense. Sous couvert de l'anonymat, il a estimé que le navire amiral de la flotte russe en mer Noire avait été touché par un ou deux missiles de type "Neptune".

Une thèse réfutée par Moscou qui affirme que son croiseur lance-missile de 186 mètres de long, a été "gravement endommagé" par un incendie, en raison de l'explosion de munitions à son bord. Il aurait ensuite coulé durant son remorquage vers Sébastopol.

Au lendemain du naufrage, ce vendredi, un raid a en tous cas ciblé L'usine d'armement Vizar fabriquant les missiles antinavires Neptune, dans la région de Kyiv. Un de ses ateliers et un immeuble administratif la jouxtant, situés dans la localité de Vychnevé, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale ukrainienne, ont été gravement endommagés, a constaté l'AFP.

En outre, le porte-parole du ministère russe de la défense, Igor Konashenkov, a promis d'intensifier le nombre et l'ampleur des frappes sur la capitale ukrainienne. "Une réplique", a t-il dit, "à toutes les attaques de type terroriste et aux sabotages effectués par le régime de Kiev".

Crainte d'une attaque nucléaire

Face aux échecs de l'armée russe, le patron de la CIA William Burns a estimé qu'il ne fallait pas "prendre à la légère la menace d'un recours potentiel de Vladimir Poutine à des "armes nucléaires tactiques" ou de "faible puissance".

Faisant écho à cet avertissement, le président ukrainien, Volodimir Zelensky a affirmé vendredi que "le monde entier" devait être inquiet du risque que son homologue russe ait recours à ce type d'attaques.

La perte du Moskva est importante car il "assurait la couverture aérienne des autres vaisseaux pendant leurs opérations, notamment le bombardement de la côte et les manoeuvres de débarquement", a expliqué le porte-parole de l'administration militaire régionale d'Odessa Sergueï Bratchouk.