Détresse alimentaire : 193 millions de personnes concernées dans le monde selon la FAO

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP
Kenya (27 octobre 2021)
Kenya (27 octobre 2021)   -   Tous droits réservés  Photo : Brian Inganga (Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.)

193 millions de personnes sont en situation de faim extrême dans le monde, selon le dernier rapport alarmant de la FAO, l'agence onusienne pour l'alimentation et l'agriculture.

40 millions de personnes supplémentaires sur un an

L'inquiétude concerne particulièrement les pays de la Corne de l'Afrique - Éthiopie, Kenya, Somalie - qui souffrent de la sécheresse, dont dépendent l'agriculture et l'élevage.

"193 millions de personnes en détresse alimentaire, c'est un chiffre record. Sur un an, cela représente 40 millions de personnes supplémentaires. En six ans, le chiffre a même doublé. Ce qui est vraiment inquiétant, ce sont les tendances auxquelles nous sommes confrontés en terme d'insécurité alimentaire aiguë", souligne Luca Russo,analyste auprès de la FAO.

Ce qui est vraiment inquiétant, ce sont les tendances auxquelles nous sommes confrontés en terme d'insécurité alimentaire aiguë.
Luca Russo
Analyste auprès de la FAO

Sécheresse et pénuries d'eau

Dans la Corne de l'Afrique, les trois dernières saisons des pluies ont été marquées par de faibles précipitations, entraînant des pénuries d'eau pour le bétail et une raréfaction des pâturages.

"La sécheresse a dévasté notre bétail, les chèvres, les chameaux, les vaches. Il n'y a pas de débit d'eau dans la rivière et les populations souffrent du manque d'eau", souligne un éleveur en Somalie.

La sécheresse a dévasté notre bétail.
Un éleveur en Somalie

Pour les experts de la FAO, l'aide internationale doit soutenir davantage le secteur agricole dans les pays gravement touchés par la sécheresse.

"Le secteur agricole a été miné en termes d'investissement dans le passé. Seul 8 % de l'aide humanitaire va au secteur agricole. Il est clair qu'il faut vraiment changer cette tendance", indique Luca Russo.

Le conflit en Ukraine a aggravé la crise alimentaire, alors que les pays africains sont particulièrement dépendants des céréales importées d'Ukraine et de Russie.