This content is not available in your region

Corne de l'Afrique : la sécheresse menace 20 millions de personnes d'insécurité alimentaire

Access to the comments Discussion
Par Margaux Racaniere  avec AFP
euronews_icons_loading
Une femme tient son enfant malnourris dans l'unité de nutrition du centre de Kelafo, au Sud-Est de l'Ethiopie
Une femme tient son enfant malnourris dans l'unité de nutrition du centre de Kelafo, au Sud-Est de l'Ethiopie   -   Tous droits réservés  EDUARDO SOTERAS/AFP

La corne de l'Afrique bascule dans la crise humanitaire. Confrontées à une des plus graves sécheresses depuis 40 ans, 20 millions de personnes risquent de manquer de nourriture.

En Ethiopie, en Somalie et au nord du Kenya, la saison des pluie est censée commencer en avril. Mais cette année les précipations se font attendre. Au moins trois millions de bêtes ont péri selon l’agence de coordination humanitaire de l’ONU. Une catastrophe pour ces peuples qui vivent principalement d'agriculture et d'élevage. En particulier pour les milliers de nomades comme Abdi Kabe Adan:  "Je ne pense pas que notre mode de vie va survivre. [...] J'ai vu des chèvres manger leurs excréments et des chameaux manger d'autres chameaux. Je n'avais jamais vu ça de toute ma vie."

La corne de l'Afrique a toujours connu des période de sécheresse, mais elles sont de plus en plus intenses et de plus en plus fréquentes. "Les sécheresses sont si proches, que ces pasteurs nomades ne sont pas en capacité d'être résilients" remarque Ali Nur Mohamed, en charge de la gestion des crises humanitaires pour l'ONG Save the Children. 

"Pas de pluie, pas de ressources. Une aide immédiate et renforcée est indispensable pour éviter une crise humanitaire majeure dans les zones touchées par la sécheresse en Ethiopie et aider les communautés à devenir plus résistantes aux chocs climatiques extrêmes."

Les enfants en danger de malnutrition

10 millions d'enfants à Djibouti, en Ethiopie, en Somalie et au Kenya ont besoin d'une assistance vitale et plus de 1,7 millions sont sévèrement malnutris d'après Catherine Russell, directrice exécutive de l'Unicef.

A Godé, dans le sud de l'Ethiopie, de plus en plus d'enfants malnutris sont accueillis à l'hôpital. Parfois dans une situation déjà critique. "Certaines mères ne parviennent pas à produire de lait pour nourrir leurs bébés parce qu'elles n'ont rien à manger" témoigne le docteur Mahamad Abdi Omar, pédiatre à l'hôpital de Gode.

Les pères doivent parfois partir loin de leur famille pour aller chercher de la nourriture pour le bétail. Les parents sont ainsi parfois confrontés à des choix terribles : soigner son enfant, c'est prendre le risque de perdre ses bêtes, et donc, tout ce qui leur permet de vivre.

Cela fait déjà deux mois que le fils de Falis Hassen souffre du foie et qu'il a des d'aphtes qui l'empêchent de téter. Elle l'a finalement emmené à l'hôpital, sans prévenir son mari. "_On est occupés à chercher des pâturages et de l'eau pour le bétail.Ç_a prend tout notre temps. mon mari ne m'aurait pas laissée partir parce qu'il y a trop de chose à faire."

L'aide humanitaire en difficulté

"Nous savons par expérience qu'il est vital d'agir rapidement pour éviter une catastrophe humanitaire, mais notre capacité à lancer la réponse a été limitée en raison d'un manque de financement à ce jour", a déclaré Michael Dunford, directeur régional du Programme alimentaire mondial pour l'Afrique orientale.

La situation a été aggravée par les retombées du conflit en Ukraine, le coût de la nourriture et du carburant atteignant des sommets sans précédent. Les pays de la Corne de l'Afrique touchés par la sécheresse seront probablement les plus durement touchés par les conséquences du conflit.