Cet article n'est pas disponible depuis votre région

France : les incendies ont déjà ravagé près de 20 000 hectares en Gironde

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Cette photo fournie par les pompiers de la Gironde montre un Canadair luttant contre le feu près de La Teste-de-Buch, dans le sud-ouest de la France, samedi 16 juillet 2022.
Cette photo fournie par les pompiers de la Gironde montre un Canadair luttant contre le feu près de La Teste-de-Buch, dans le sud-ouest de la France, samedi 16 juillet 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : SDIS 33 (via AP)   -  

Les deux gigantesques incendies qui sévissent depuis le 12 juillet en France dans le département de la Gironde ont brûlé 19 300 hectares de forêt et leurs fumées et odeurs, poussées par le vent, ont été ressenties dans la nuit à Bordeaux et à des centaines de kilomètres des foyers.

Quelque 6 500 hectares ont été détruits à La Teste-de-Buch, près d'Arcachon, et 12 800 dans le secteur de Landiras, dans le sud du département, selon un dernier bilan mardi matin de la préfecture, qui fait état d'une situation "défavorable".

Plus de 34 000 personnes, habitants ou vacanciers, ont dû quitter leur logement en raison de ces deux incendies qui ne sont "toujours pas fixés" mais n'ont pas fait de victime.

"Jusque-là, jamais nos stratégies n'avaient été ébranlées, même par des niveaux de températures ou de sécheresse, mais là, nous sommes mis en difficulté"
Eric Brocardi
porte-parole de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France

Environ 2 000 sapeurs-pompiers, de toute la France, et d'importants moyens aériens (8 Canadairs et 2 Dash) sont mobilisés mardi.

A La Teste-de-Buch, "les moyens terrestres (interposés) entre les feux et les habitations sont extrêmement importants et pour l'instant ça tient", a déclaré le sous-préfet d'Arcachon Ronan Léaustic, contrarié "par un vent versatile".

Evacuation d'une partie d'un zoo

Au zoo du Bassin d'Arcachon, à La Teste, les animaux transportables, soit 363 animaux sur 850, ont été évacués par "convois spéciaux" vers le zoo de Bordeaux-Pessac, a indiqué le ministère français de la Transition écologique, selon lequel "une dizaine d'animaux n'a malheureusement pas survécu aux fortes chaleurs et au stress".

D'autres parcs zoologiques accueilleront dès mardi certains de ces animaux, priorisant les plus vulnérables.

"Les plus gros animaux ont dû rester sur place mais ne sont pas directement menacés par les flammes", a précisé la préfecture.

Au pied de la dune du Pilat, le feu a notamment emporté les cinq campings évacués de leurs 6 000 occupants le 13 juillet.

"Contre les pompiers, il y a des conditions météorologiques critiques, avec des températures et une sécheresse extrême", a expliqué sur France Inter, Eric Brocardi, porte-parole de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France. "Jusque-là, jamais nos stratégies n'avaient été ébranlées, même par des niveaux de températures ou de sécheresse, mais là, nous sommes mis en difficulté".

Les fumées ressenties jusqu'à Bordeaux

Dans la nuit, une bascule de vent a poussé les fumées des deux incendies girondins vers le nord et l'est, enveloppant la métropole de Bordeaux, accompagnées d'une odeur âcre. Les pompiers de Gironde ont dit avoir reçu des "milliers d'appels" dans la nuit et le Département a demandé à la population de cesser d'appeler les secours.

Ces fumées et odeurs ont été perçues dans une très grande partie de la région Nouvelle-Aquitaine et dans le Lot, selon les préfectures.

L'incendie de Landiras, pour lequel un homme est en garde à vue depuis lundi selon le parquet de Bordeaux, a progressé vers le sud en direction des Landes et de la petite commune de Mano où quelque 120 habitants devaient être évacués par précaution.

Comme la Gironde et les Landes, le Lot-et-Garonne voisin a été placé en vigilance rouge "feux de forêt".