Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Les Balkans et l’UE inquiets après les violences au Monténégro

Access to the comments Discussion
Par Efi Koutsokosta
Les Balkans et l’UE inquiets après les violences au Monténégro
Tous droits réservés  AP Photo/Risto Bozovic   -  

La tension monte au Monténégro. La police et des manifestants se sont affrontés pendant le week-end lors de l'intronisation du nouveau responsable de l'église orthodoxe serbe. La cérémonie prévue dimanche a provoqué la colère des chrétiens attachés à l'église orthodoxe monténégrine qui refusent de voir une autre branche occuper cette fonction qui symbolise l'indépendance du pays.

Plusieurs responsables des pays balkaniques voisins demandent la médiation de l'Union européenne et de l'Otan. Pour l'ancienne vice-Première ministre croate, cette situation rappelle les événements qui ont précédé la guerre dans les années 1990. "Je pense que le Monténégro pourrait être considéré comme une arène pour une sorte de conflit politique par procuration ou disons un affrontement politique entre la Russie et l'Union européenne", explique Vesna Pusic. Elle souligne d’ailleurs l’instabilité historique dans cette région d’Europe.

Dans un communiqué un porte-parole de la Commission européenne évoque les inquiétudes de l’institution qui appelle au dialogue pour surmonter les divisions et montrer l'attachement du Monténégro aux valeurs européennes. Le pays, voisin de la Serbie, de la Bosnie-Herzégovine, du Kosovo, de l'Albanie et de la Croatie, est profondément divisé sur ses liens avec l'église orthodoxe serbe qui représente le courant religieux majoritaire.

Risto Bozovic/AP
Violences confessionnelles au MonténégroRisto Bozovic/AP

Pour l'ancien ambassadeur de Podgorica auprès de l'Otan, ces heurts sont le reflet de tensions en cours depuis quelques temps. "Le pays semble plus divisé que jamais, plus encore qu'au moment où nous avons voté pour l'indépendance", souligne Vesko Garčević. Le diplomate demande aux 27 de relancer l’agenda européen avec son pays car "beaucoup de personnes dans la région pensent que l'adhésion européenne n'est pas pour demain, que c'est une impasse", ce qui laisse de la place à d’autres acteurs.

La présidence slovène de l'Union européenne tiendra le mois prochain un sommet entre les 27 et les Balkans occidentaux avec pour objectif d'essayer de relancer et d'accélérer le processus d'élargissement.

Journaliste • Grégoire Lory