Accord de l’Union européenne sur les quotas de pêche en 2022

Access to the comments Discussion
Par Méabh Mc Mahon  & Euronews
Accord de l’Union européenne sur les quotas de pêche en 2022
Tous droits réservés  Michel Spingler/AP Photo

C'est l'accord européen attendu tous les ans en décembre. Les Etats membres de l'UE se sont entendus après de longues négociations sur les quotas de pêche pour l'année prochaine. Les pourparlers ont commencé dimanche pour définir les captures autorisées dans l'Atlantique, en mer du Nord, en Méditerranée et en mer Noire.

"La rentabilité et la survie du secteur de la pêche dépendent de la santé des stocks. Je sais que certaines des mesures sont difficiles mais je vous rassure personne ne devrait réaliser ces efforts seul", assure le Commissaire européen en charge du dossier Virginijus Sinkevicius.

Pour les pays sans ouverture maritime ces discussions ont un enjeu limité. En revanche pour la France et l'Espagne la négociation est essentielle. Pour la 3e année consécutive Madrid doit revoir à la baisse ses prises. 

L'accord prévoit par exemple une coupe de 8% du merlu dans le sud du golfe de Gascogne et de 5% pour la sole. Le ministre espagnol de la Pêche, Luis Planas, présente ce compromis comme "nécessaire pour préserver les ressources halieutiques, l'économie des villages de pêcheurs ainsi que leur mode de vie."

VINCENT GOURIOU/EC - Audiovisual Service
Prises d'un pêcheurVINCENT GOURIOU/EC - Audiovisual Service

Mais pour les ONG les ministres doivent surtout s'engager à arrêter la surpêche en particulier en Méditerranée. Les stocks sont menacés par les capacités de l'industrie et la pollution. Pour l’organisation Oceana c’est une occasion manquée en faveur de l’exploitation durable des mers. 

Les ministres "sont allés au-delà des avis scientifiques pour 35% des poissons de l'Atlantique et ils ont manqué d'ambition sur les efforts de réduction de pêche en Méditerranée", regrette Javier Lopez, directeur de campagne de l’ONG.

D’autres pourparlers se poursuivent en revanche. Ils concernent les 27 et Londres sur les quotas dans les eaux partagées entre l'UE et le Royaume-Uni.