Big data : les entreprises jonglent entre croissance et protection des données

Par Guy Shone, Laila Humairah & Joel Flynn
The Exchange
The Exchange   -   Tous droits réservés  euronews

L'an dernier, les dépenses des entreprises dans les services du big data et de l'analyse de données ont été estimées à 215 milliards de dollars dans le monde. Ce marché en plein essor cache pourtant, des enjeux complexes sur la protection des données personnelles.

La tête dans le cloud

Qu'on le veuille ou non, la technologie modifie la manière dont les grandes entreprises stockent les informations qu'elles détiennent sur nous. Après la carte perforée du XIXe siècle, la disquette des années 1950 et la clé USB du début des années 2000, la technologie du cloud qui consiste à stocker des données à distance plutôt que sur des serveurs ou ordinateurs locaux est aujourd'hui, en passe de devenir la norme et les entreprises misent gros sur cet avenir virtuel.

Leurs dépenses dans le big data et l'analyse de données ont été estimées pour l'année 2021, à 215 milliards de dollars en 2021 (environ 190 milliards d'euros) et elles devraient progresser de près de 13% par an d'ici à 2026 selon le cabinet IDC, les services IT et les logiciels étant les deux grands segments que les entreprises cherchent à développer.

La technologie du cloud signifie que les données sont accessibles à tout moment et partout où l'on dispose d'un accès à Internet. Selon les experts, à mesure qu'elle se perfectionne, son coût devrait être de moins en moins élevé.

Parmi les entreprises qui investissent des milliards dans le cloud ces dernières années, on peut citer Cisco. Chintan Patel, son directeur technologie au Royaume-Uni et en Irlande, nous explique en quoi cela consiste plus précisément. "Il s'agit de fournir à nos clients, les bonnes solutions au bon moment et c'est fortement lié au travail hybride en ce moment," dit-il. 

"Il y a ce recours toujours plus grand aux applications et services numériques : l'urgence et la nécessité de connecter ceux qui télétravaillent, de fournir des outils de collaboration, d'organiser des téléconsultations médicales, de délivrer des solutions dans l'enseignement... C'est ce qui a alimenté la transition vers le cloud en termes d'adaptabilité et d'agilité," estime Chintan Patel. "L'idée, c'est donc d'essayer de trouver le meilleur éventail de technologies et de permettre à nos clients de gérer ces environnements de manière sécurisée," précise-t-il.

Cisco
Cisco a investi des milliards de dollars dans la technologie du cloud ces dernières annéesCisco

Le défi de la protection des données

Le secteur du big data est en plein essor, mais l'utilisation de nos données par les entreprises inquiète. Le risque de violation est toujours présent - on l'a vu avec les sociétés de cartes de crédit et les services de télécommunication -.

Le stockage de nos informations est-il vraiment sûr ? Et dans quelle mesure les gouvernements doivent-ils faire pression sur les grandes entreprises de technologie pour protéger nos données ? 

Daniel Newman, associé fondateur et analyste principal de Futurum Research, nous répond à ce propos : "La perception du marché est un peu tronquée. On essaie de durcir les lois au niveau mondial," poursuit-il, "mais en même temps, la situation est délicate pour les régulateurs à travers le monde qui doivent trouver comment satisfaire les consommateurs tout en réglementant les entreprises de technologie afin de les obliger à plus de transparence sur le recueil et l'utilisation de nos données et donc, sur les informations qu'elles détiennent qui pourraient être néfastes ou alors, très bénéfiques pour leur accès au marché."

La répression du doxing à Hong Kong

La lutte acharnée autour des données et de leur protection est plus fragile dans des endroits comme Hong Kong qui a été le théâtre de manifestations massives contre le gouvernement. Les autorités ont récemment modifié la législation sur la protection des données privées pour, affirment-elles, lutter contre le doxing, une pratique qui consiste à divulguer sur Internet des informations personnelles sur un individu. Mais certains, y compris les grandes entreprises de technologie, y voient une remise en cause de la liberté d'expression.

Dans ce territoire chinois semi-autonome, après la répression du mouvement pro-démocratie à l'origine des manifestations de 2019, ce sont aujourd'hui les lois sur les données qui suscitent la polémique.

"En particulier en 2019, il y a eu environ 5000 cas où les informations et données personnelles des individus ont été utilisées dans un but d'intimidation," indique Stephen Wong, ancien Commissaire à la vie privée et à la protection des données de Hong Kong. "À présent, la loi est modifiée, donc le doxing est érigé en infractions pénales," se félicite-t-il.

Alors qu'en 2019, les partisans du pouvoir et les protestataires usaient du doxing pour discréditer leurs adversaires, aujourd'hui, parmi les internautes, les attentes en matière de protection des données ont évolué. Un internaute croisé dans la rue nous précise même : "La réglementation est plus stricte qu'ailleurs, mais je pense qu'il fallait quand même l'améliorer et la renforcer."

euronews
À Hong Kong, la nouvelle législation anti-doxing suscite la controverseeuronews

Nouvelle réglementation chinoise

Dans ce contexte, une autre loi - chinoise celle-ci - sur la protection des données pourrait avoir des répercussions importantes à Hong Kong comme ailleurs.

Selon Alex Hill, spécialiste de la protection des données en ligne et avocat, "cette loi chinoise PIPL s'applique à Hong Kong comme ailleurs dans le monde, aux entreprises qui délivrent des biens et des services à des individus en Chine ou qui évaluent leur comportement."

Le gouvernement de Hong Kong espère faire de la ville, un hub dédié à l'innovation en Asie. Encore faudra-t-il que les acteurs du numérique s'y retrouvent dans des règles de plus en plus complexes en matière de protection des données.