This content is not available in your region

Dans le secteur de la santé, le Portugal mise sur les données, "l'or noir d'aujourd'hui"

Par Claudio Rosmino
euronews_icons_loading
Smart Health
Smart Health   -   Tous droits réservés  euronews

L'Union européenne vient de lancer l'Espace européen des données de santé, une base de données interconnectée qui sera déployée au cours des prochaines années en vue de faciliter l'accès aux informations sur la santé des patients et d'assurer la continuité de leurs soins quand ils se déplacent au sein de l'UE. Cet Espace sera mis en place progressivement au cours des prochaines années sachant que des outils existent déjà à destination des patients et des professionnels de santé des États membres.

En matière de partage de données et plus globalement de numérisation dans ce domaine, le Portugal a une longueur d'avance : son ministère de la Santé a chargé une autorité informatique de mener à bien la transition numérique de son système de santé. Aujourd'hui, les résultats sont là : environ 98 % des hôpitaux du pays ont abandonné les ordonnances papier pour un format digital. Les dossiers médicaux sont enregistrés en ligne.

Les patients peuvent accéder à leurs informations de santé via un site web et une application pour smartphone où ils peuvent également bénéficier de téléconsultations avec un médecin. L'intelligence artificielle est aussi associée au partage de données pour aider les professionnels de santé dans leurs décisions de triage ou leur choix de traitement par exemple.

Pour en savoir plus sur ce grand bouleversement, nous avons interrogé Luis Filipe Goes Pinheiro, président du conseil d'administration des services partagés du ministère portugais de la santé SPMS. Dans ce domaine de la santé, il est convaincu du rôle crucial des données qu'il n'hésite pas à qualifier "d'or noir d'aujourd'hui."

"Les données numériques, une fois collectées, génèrent de l'information qui alimente l'ensemble du système," souligne-t-il. "Sans données, il est impossible d'avoir une vision claire de l'historique clinique du patient, de savoir comment il a été soigné et d'en mesurer les résultats," dit-il.

La pandémie a accéléré la numérisation

"Aujourd'hui, dans un monde de plus en plus numérique, notamment dans le contexte post-Covid, de nouvelles solutions et applications émergent dans l'exploitation de ces données numériques," fait remarquer Luis Filipe Goes Pinheiro.

"Il faut analyser ce qui s'est passé ces deux dernières années et en tirer des conclusions : à l'avenir, cela bénéficiera aux usagers des systèmes de santé," estime-t-il avant de constater : "Les gens sont beaucoup plus habitués à utiliser les outils numériques dans leur vie quotidienne, qu'ils soient professionnels de santé ou patients," se félicite-t-il.

L'enjeu du nombre et de la qualité des informations

"Il est essentiel d'avoir une circulation des données qui soit bien plus forte, mais aussi un échange bien plus efficace des données de santé pour garantir la mise en place d'un véritable marché unique de la santé," poursuit le président du conseil d'administration des SPMS. "Ce marché unique associé à la libre circulation des personnes et des services de santé ne sera possible que si les données de santé de chacun d'entre nous peuvent passer les frontières," prévient-il.

"Dans ce domaine, le fait de disposer de données de qualité - et en plus grand nombre - garantit de meilleures décisions en matière de politiques publiques et de réglementation : ce qui bénéficiera à tous les citoyens européens," affirme-t-il.

Journaliste • Claudio Rosmino