This content is not available in your region

Un espace européen des données de santé

Access to the comments Discussion
Par Alberto De Filippis  & Euronews
euronews_icons_loading
La Commission veut accélérer la numérisation des systèmes de santé
La Commission veut accélérer la numérisation des systèmes de santé   -   Tous droits réservés  Virginia Mayo/AP

La Commission européenne lance l'espace européen des données de santé. Le dispositif doit permettre de faire un pas de plus vers une politique commune de suivi médical.

L'institution veut faciliter à partir de 2025 l'accès aux données pour les patients, les médecins et les chercheurs afin d'améliorer la précision des diagnostiques et de réduire les coûts liés à la multiplication des examens médicaux.

"Notre proposition d'un espace européen des données de santé est la première de ce genre dans le monde. C'est une pierre angulaire de notre transformation numérique et une vraie révolution dans l'histoire médicale européenne", se félicite le vice-président de la Commission Margaritis Schinas.

La généralisation de l’ordonnance électronique permettra de réduire les coûts en diminuant les erreurs dans la remise de médicaments. Les prescriptions papiers restent encore la norme dans de nombreux Etats membres.

Mais ce projet n'est qu'au début de son parcours institutionnel. Les associations de citoyens et de consommateurs connaissent les risques liés à un tel dispositif mais aussi ses atouts.

"Les usagers de santé sont très enclins à partager leurs données de santé mais pas n'importe comment. Et donc c'est vrai que finalement ce cadre, c'est comment cet espace européen de santé peut créer un espace de confiance dans lequel on pourrait partager ses données de santé au bénéfice de tous parce que c’est vraiment le bénéfice pour le plus grand nombre", explique Arthur Dauphin, chargé de mission numérique chez France Assos Santé.

Cet accès immédiat, gratuit et simplifié, assure la Commission, facilitera aussi le partage des données entre professionnels de santé dans et entre les Etats membres ce qui devrait entrainer un meilleur suivi médical de chaque patient.