DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Bélarus : les espoirs déçus de l'Europe


Insight

Bélarus : les espoirs déçus de l'Europe

Sans suprise, Alexandre Loukachenko n’aura pas l’ombre d’un opposant au Parlement bélarusse. Sur les 110 sièges à pourvoir, 109 l’ont été dès le 1er tour des législatives par des soutiens du président. Réaction à Bruxelles :

“ Ces élections sont encore une occasion manquée pour le Bélarus “ , explique Maja Kocijancic, porte-parole de la Haute représentante Catherine Ashton. “ Nous appelons donc les autorités bélarusses à appliquer ces normes internationales, à appliquer leurs engagements internationaux et à reprendre la voie de la démocratie et des droits de l’Homme. “

A en croire le pouvoir, ces élections, boycottées par l’opposition, auraient mobilisé 74% des électeurs. En Europe, rares sont ceux qui croient encore à un retournement démocratique après 18 ans de règne Loukachenko, même s’il y a parfois eu quelques espoirs.

“ Nous avons vu des améliorations dans le passé “, ajoute la porte-parole. “ Effectivement, les sanctions ont été suspendues pendant quelques années, mais malheureusement, elles ont été rétablies et renforcées après les élections frauduleuses de décembre 2010. “

Cette année-là, Alexandre Loukachenko a été élu pour un quatrième mandat. S’en était suivi une vague de contestation, puis de répression. Plusieurs opposants et défenseurs des droits de l’Homme sont toujours derrière les barreaux.

A voir également, en cliquant sur la vidéo, notre internview avec Olga Stuzhinskaya qui dirige le Bureau pour un Bélarus démocratique basé à Bruxelles.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

UE-Chine : l'entente cordiale...