DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Manille : le melting-pot exotique

Vous lisez:

Manille : le melting-pot exotique

Taille du texte Aa Aa

L’archipel des Philippines est un melting-pot exotique et sa capitale, la mégalopole de Manille, compte aujourd’hui 12 millions d’habitants. Dans le premier épisode de “Philippine Life”, nous découvrons la porte d’entrée de ce pays riche de traditions et tourné vers l’avenir.

Manille est en plein boom. Chaque jour ou presque, de nouveaux gratte-ciel sortent de terre et sa population s’accroît à un rythme particulièrement élevé. Aujourd’hui, la capitale philippine figure parmi les 10 plus grandes villes au monde.

“A Manille, les gratte-ciel sont très divers et d’aspects multiples,” souligne l’architecte Dominic Galicia, “c’est une métropole qui a entamé son développement sur les rives du fleuve Pasig, là où il se jette dans la baie de Manille. C’est là que se trouve la vieille ville et Manille s’est étendue à partir de ce secteur,” explique-t-il.

De très nombreux Philippins quittent les régions rurales pour venir tenter leur chance dans cette agglomération colorée et bouillonnante. La moyenne d‘âge y est d‘à peine 23 ans.

Depuis quelques années, une nouvelle génération marque de son empreinte, le paysage urbain. L’une de ses figures de proue : le styliste globe-trotter Oliver Tolentino. Ces créations sont réalisées dans des matières venant exclusivement des Philippines comme de la fibre d’ananas ou des feuilles de nénuphar. “J’ai grandi dans la province où l’on trouve toutes ces fleurs tropicales, ces paysages superbes et ces plages magnifiques des Philippines,” raconte Oliver Tolentino, “ma collection est très colorée,” ajoute-t-il, “elle illustre la tradition, l’héritage de l’identité philippine.”

Le créateur, attaché à une fabrication locale et respectueuse de l’environnement, habille de nombreuses stars d’Hollywood. “Je me considère comme l’un des représentants d’une nouvelle génération et je veux vraiment être un exemple pour les futurs stylistes d’ici,” lance-t-il avec fierté. Comme Oliver Tolentino, de nombreux Philippins ont à coeur de promouvoir leur pays à l’international et de plus en plus d’investisseurs étrangers s’intéressent à leur capitale. L’archipel figure parmi les pays émergents les plus prometteurs, notamment grâce au dynamisme de son industrie électronique et de son secteur des services. “Quand ils décident d’investir quelque part, les étrangers tiennent compte de plusieurs aspects,” assure Neeraj K. Jain, directeur pour le pays de l’Asian Development Bank, “si l’environnement est accueillant (je vis aux Philippines depuis plus de quinze ans et je peux vous dire que c’est un pays accueillant) et deuxièmement, il y a les ressources humaines aux Philippines : les entreprises auront accès à un large vivier de personnes ayant un excellent niveau d’anglais, c’est un autre grand avantage de ce pays,” insiste-t-il.

Données-clé sur la République des Philippines

Généralités

  • Population : 95,77 millions d’habitants en 2012 (d’après les chiffres de l’Asian Development Bank)
  • Capitale : Manille
  • Superficie : 300.000 km²
  • Chef de l’Etat : Président Benigno “Noynoy” Aquino III
  • Langues principales : philippin, anglais
  • Principaux groupes ethniques (Commission nationale pour les peuples indigènes) : la population de Cordillera ou Igorot, les tribus de Caraballo, Agta / Aeta ou Negrito, les Mangyan de Mindoro, les tribus de Palawan, Mindanao Lumad
  • Principales religions : catholicisme, islam

Economie

  • PIB : 224,8 milliards de dollars américains (2011, Banque mondiale)
  • Croissance du PIB (Asian Development Bank) : 6% (2013), 5,9% (2014)
  • PIB par habitant : 2370 dollars américains (2011)
  • Taux de chômage : 7% (Asian Development Bank, 2012)
  • Niveau de revenu (Banque mondiale) : revenu intermédiaire, tranche inférieure
  • Facilité à faire des affaires : 138ème rang (2013)


Troisième atout : un mélange unique de cultures. Pendant 300 ans, les Philippines ont fait partie de l’empire colonial espagnol : on trouve les traces de cette époque dans la partie ancienne de la ville, Intramuros.

Après le règne espagnol, les Etats-Unis ont imposé leur domination pendant près de 50 ans et laissé derrière eux, les jeeps. Des véhicules que des Philippins dotés d’un sens aigu des affaires ont eu l’idée d’allonger donnant naissance à la fameuse jeepney. Ces drôles de minibus pratiques et peu chers restent le mode de transport collectif le plus populaire à Manille, comme dans le reste du pays.

Ed Sarao est passionné par ce véhicule surnommé le “roi de la route.” Dans son garage, il continue de transformer les jeepneys à la main. “Dans les rues de Manille, il n’y a pas deux jeepneys qui se ressemblent,” assure Ed Sarao, “c’est comme quand on fabrique un costume sur-mesure : on peut demander tout ce qu’on veut pour décorer sa jeepney. C’est comme un cheval de trait qui rendrait service à tout le monde,” ajoute-t-il, “c’est un mode de transport public et c’est une icône de la pop culture philippine.”

Malgré sa transformation constante et son désir d’avenir, Manille reste attachée à la jeepney qui colore ses rues.