DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Cherche femmes à honorer au Panthéon et… sur Wikipédia


monde

Cherche femmes à honorer au Panthéon et… sur Wikipédia

Depuis le 2 septembre, les internautes français ou étrangers peuvent donner leur avis sur les personnalités qui, selon eux, mériteraient d’être prochainement honorées au Panthéon. C’est le président du Centre des Monuments Nationaux Philippe Belaval qui a lancé une consultation sur le site internet du centre, investi par François Hollande d’une mission dont le but est de répondre à la question sur le rôle du Panthéon dans la promotion des principes de la République.
“Il m’a semblé utile que le débat, au lieu de se limiter aux responsables institutionnels, s’ouvre largement afin que chacun puisse donner son avis”, a-t-il déclaré. Selon l’initiateur de cette consultation sans précédent, « il ne s’agit pas d’un référendum ni d’un sondage au sens scientifique du terme » mais « la consultation peut faire remonter des choses intéressantes ». Grâce à initiative, Philippe Belaval entend prendre le pouls de l’opinion avant la remise de son rapport au chef de l’Etat, le 30 septembre.

Qui sera la prochaine personnalité qui entrera au Panthéon ?

« Qui, selon vous, mériterait d’être honoré au Panthéon… et quelle devrait être sa principale qualité ? Voici les deux questions auxquelles les internautes pourront répondre jusqu’au 22 septembre. Dans le questionnaire en ligne, plusieurs critères de choix sont suggérés : “l’engagement humanitaire”, “l’action politique”, “l’engagement pour la paix” mais aussi “l’exploit sportif” ou “la défense de l’environnement”. Malgré son caractère quasi exhaustif, la liste ne comporte aucune allusion au sexe des illustres prétendants. La sous représentation des femmes au Panthéon (elles n’y sont que deux) a pourtant été l’un des motifs pour lesquels le président François Hollande a souhaité refonder le principe d’attribution des places au temple des Grands Hommes. Dans son discours du 7 mars dernier, il a exprimé d’ailleurs sa volonté de « mieux reconnaître la place des femmes dans l’histoire de la République, dans l’histoire même de notre pays avant même la République ».

Les collectifs féministes se mobilisent

L’initiative du chef de l’Etat a éveillé l’activisme des mouvements féministes. Le 26 août dernier, plus d’une centaine de personnes ont manifesté devant le Panthéon pour demander que davantage de femmes soient transférées dans le monument. Le Collectif pour des Femmes au Panthéon, qui rassemble notamment Osez le féminisme, les Féministes en Mouvement, la Coordination pour le lobby européen des femmes et La Barbe, affirme que la pétition en ligne intitulée « François Hollande : panthéonisez des femmes » a déjà rassemblé près de 2000 signatures. Le collectif a par ailleurs établi sa liste de cinq femmes méritant d’être transférées dans le monument parisien. Il s’agit d’Olympe de Gouges, pionnière du féminisme (1748-1793), Solitude, figure de la résistance des esclaves noirs en Guadeloupe (1772-1802), la révolutionnaire Louise Michel (1830-1905), l’ethnologue et résistante Germaine Tillion (1907-2008) et la philosophe féministe Simone de Beauvoir (1908-1986).

A l’assaut de Wikipédia

Cependant, le Panthéon parisien n’est pas le seul endroit où les femmes sont sous représentées. Un autre cas préoccupant est celui de Wikipédia. Selon les récentes données communiquées par Jimmy Wales, le co-fondateur de Wikipédia, 87 % des contributeurs de l’encyclopédie virtuelle sont des hommes. De ce fait, de nombreuses figures féminines s’étant illustrées dans la science et la technologie, sont souvent négligées dans les articles publiés en ligne.

En réponse à cet état des faits, un groupe de féministes FemTechNet a décidé d’intervenir en mettant en place un programme appelé Storming Wikipedia (en français : A l’assaut de Wikipédia) qui appelle les femmes à contribuer en masse à la création de nouveaux articles de l’encyclopédie et à enrichir des articles déjà existant en points de vue féminins.

La lourde tâche de la réparation des lacunes de Wikipédia devrait appartenir aux étudiants de la formation « Féminisme et technologie » dispensée en ligne par le mouvement FemTechNet.

Prochain article

monde

Forte baisse des Bourses du Golfe, Dubai perd 7%, Ryad 4%