DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La frite sacrifiée sur l’autel de la lutte contre l’obésité

Vous lisez:

La frite sacrifiée sur l’autel de la lutte contre l’obésité

Taille du texte Aa Aa

Allons-nous être les témoins d’une « rupture culturelle » aux Etats-Unis? Alors que plus d’un tiers des Américains sont obèses, les enseignes de restauration rapide sont de plus en plus dans le collimateur des pouvoirs publics et des associations de consommateurs.
Concrètement, l’obésité et les maladies qui lui sont liées représenteraient environ des 10% des dépenses de santé dans le pays.

La chasse aux calories est donc ouverte. En suivant les exemples de nombreuses écoles outre-Atlantique, les fast-food se mobilisent pour enrayer le mouvement. Mais pouvaient-elles faire autrement?

Ainsi, le numéro un du secteur, McDonald’s, s’est engagé à proposer des menus « moins lourds ». La firme a annoncé, jeudi dernier à New York, qu’elle proposera des alternatives plus saines aux frites traditionnellement servies dans ses menus.

Bientôt, les clients pourront choisir en accompagnement d’un hamburger de la salade, des légumes et même des fruits. McDonald’s a également indiqué que tous ses restaurants proposeront ces nouveaux choix d’ici 2020.

Enfin, le menu à destination des enfants, le fameux « Happy meal » va être également mis au régime. Adieu sodas et bonjour eau, jus de fruit ou lait… L’enseigne généralise ainsi une initiative qu’elle avait lancée en 2010 en France.

Quelques jours auparavant, l’éternel rival Burger King, numéro trois derrière KFC, avait également apporté sa contribution à la lutte contre l’obésité en présentant… une nouvelle frite!

La « satisfries », c’est son nom, est censée être un tiers moins grasse et comporter 20% de calories en moins que les frites usuelles. Ces dernières resteront néanmoins disponibles.

Simples effets de « com » ou réelles avancées, ces initiatives de deux des plus gros acteurs de ce marché attestent que la pression se fait de plus en plus forte sur l’ensemble de cette industrie. McDo’ et consorts se devaient de réagir. Prochaine victime : le hamburger himself?