DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Portugaise Helena Costa entraînera le club professionnel de Clermont Foot


monde

La Portugaise Helena Costa entraînera le club professionnel de Clermont Foot

C’est une première en France. Une femme, la Portugaise Helena Costa, entraînera la saison prochaine un club professionnel de football, le Clermont Foot.

C’est ce qu’a déclaré le club, actuellement 14e de Ligue 2, dans un communiqué.

Si sa nomination est sans précédent, la future coach est loin d‘être une débutante. “Helena Costa est passée par la formation de Benfica, ainsi que par le commandement des équipes féminines de Odivelas, puis des sélections du Qatar et de l’Iran, en plus de sa collaboration avec le Celtic Football Club en tant que recruteur”, souligne le club.

“Cette nomination doit permettre au Clermont Foot 63 de rentrer dans une nouvelle ère, en s’appuyant sur un groupe de 17 joueurs actuellement sous contrat, auxquels s’ajouteront de jeunes joueurs issus du Club”, poursuit le Clermont Foot.

Cette nomination d’une femme à la tête d’une équipe professionnelle de football intervient trois mois après que la Roumaine Elena Groposila est devenue entraîneur de l‘équipe de handball masculine de Dijon.

Une première en France

“C’est une première en France. Et à ma connaissance c’est une première en Europe. Le seul cas comparable à ma connaissance est celui de l’Italie où Carolina Morace avait pris un club de série C (Viterbese/3e niveau)”, en 1999, a indiqué Brigitte Henriques, secrétaire générale de la FFF.

Carolina Morace avait démissionné après deux matches à la tête de l‘équipe.

“Cette année, Corinne Diacre (ex-internationale) et Elisabeth Loisel (ex-entraîneur de l‘équipe de France féminine) ont passé le DEPF”, diplôme permettant d’entraîner au niveau professionnel, a indiqué Mme Henriques. “Elisabeth Loisel a obtenu le diplôme. Corinne Diacre attend les résultats”, a précisé la secrétaire générale de la FFF.

Le monde des coachs de football peinent à se féminiser. Comme le rapporte Rue89, en juin 2011, “sur 82 candidats au diplôme d’entraîneur de football (DEF) – le deuxième plus haut après celui des professionnels, le DEPF –, il n’y avait que des hommes. En novembre 2010, elles étaient seulement deux sur une cinquantaine de reçus.”

(avec agences)

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Nigéria : la chaîne de solidarité mondiale BringBackOurGirls