DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les forêts, témoins privilégiés du changement climatique


futuris

Les forêts, témoins privilégiés du changement climatique

En partenariat avec

Les forêts sont les poumons verts de notre planète. Pendant la journée, les arbres absorbent le dioxyde de carbone et produisent de l’oxygène dont nous avons besoin pour respirer. La nuit, c’est le contraire : la forêt commence à produire du dioxyde de carbone. Qu’est-ce que cela signifie pour “l‘équation climatique mondiale” ?

Dans cette forêt italienne, les chercheurs du Centre Commun de Recherche de la Commission européenne ont mis en place une station de surveillance qui mesure les échanges de gaz, au niveau du sol et dans les airs, au-dessus des arbres.

«Ici, nous avons construit une tour de 36 mètres de haut, qui dépasse d’environ 10 mètres la canopée. L’idée, c’est de mesurer comment la forêt respire, autrement dit son absorption et son émission de CO2”, explique Carsten Gruening, chercheur sur le changement climatique au CCR.

Régulièrement, les scientifiques grimpent sur la tour pour vérifier et étalonner les instruments. Les capteurs installés recueillent les données pour comprendre comment les changements climatiques peuvent affecter la biochimie de la forêt.

“Ces instruments mesurent le flux de dioxyde de carbone, d’eau et d’ozone, ainsi que d’autres paramètres comme la radiation solaire totale et la partie du spectre solaire que les plantes absorbent et utilisent pour la photosynthèse”, précise Ignacio Goded Ballarin, technicien pour le CCR.

Les instruments sont situés à hauteur optimale, au-dessus de la canopée, pour mesurer les processus d‘échange entre l’atmosphère et l‘écosystème de la forêt.

Tous les organismes vivants, y compris les plantes et les bactéries du sol, produisent du CO2. C’est leur métabolisme normal. Avec la lumière du soleil, les plantes convertissent le dioxyde de carbone en hydrates de carbone. Mais la nuit, la photosynthèse s’arrête, et le CO2 est “expiré” dans l’atmosphère.

Carsten Gruening explique le but de ces mesures : “définir comment ce processus participe à l‘évolution des conditions climatiques, si les températures ou la disponibilité de l’eau évoluent, et dans quelle mesure cela a une incidence sur la capacité des plantes à absorber le CO2 de l’atmosphère.”

Les scientifiques vont avoir besoin de plusieurs années d’observation pour recueillir les données qui pourraient montrer comment les forêts perdent progressivement leur capacité à stocker le CO2. Une meilleure compréhension de ce processus devrait aider les gouvernements à prendre des contre-mesures.

«Notre station est conçue pour un suivi à long terme des flux de CO2, nous allons pouvoir observer les effets du changement climatique sur l‘écosystème forestier sur les dix prochaines années” conclue Carsten Gruening.

https://ec.europa.eu/jrc/

Le choix de la rédaction

Prochain article

futuris

De nouvelles applications pour les drones civils