DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Haro sur les panneaux publicitaires à Grenoble

Vous lisez:

Haro sur les panneaux publicitaires à Grenoble

Taille du texte Aa Aa

De janvier à avril 2015, environ 2000 mètres carrés de panneaux publicitaires seront déboulonnés à Grenoble. Le maire écologiste, élu en mars, Eric Piolle a décidé de ne pas reconduire le contrat avec le groupe d’affichage JCDecaux.

“Le modèle économique de la pub est en panne. Les annonceurs et les publicitaires souhaitent passer à des écrans digitaux. Ce choix-là, nous ne voulons pas le faire. Nous ne souhaitons pas que les écoliers (…) croisent de la publicité animée, des écrans télévisuels dans la rue”, a expliqué Lucile Lheureux, adjointe au maire chargée de l’espace public.

Chez JCDecaux, on affirme que la ville se prive de 600 000 euros par an. Faux, assure la municipalité qui réduit ce chiffre à 150 000 voire 100 000. Le maire et son équipe sont loin d‘être les seuls à juger les panneaux en question envahissants.

“On est envahi par les pubs. Quand on se balade dans d’autres pays, dans d’autres villes où il n’y a pas de pub, ça soulage”, indiquait un passant.

Les affichages publicitaires sur les abribus ne sont pas concernés, le contrat avec JCDecaux ne prend fin qu’en 2019.

Avec AFP