DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Heurts en Ex-République yougoslave de Macédoine


Macedoine

Heurts en Ex-République yougoslave de Macédoine

Le Premier ministre serbe Aleksander Vucic a exprimé son inquiétude, à la suite des troubles qui ont touché l’ARYM ce week-end. Les affrontements entre la police et un groupe armé ont eu lieu à Kumanovo, une ville de 100 000 habitants au nord de l’ARYM, non loin de la frontière avec le Kosovo. “Nous investirons tout ce qui est nécessaire pour les aider à surmonter ces obstacles, à créer un environnement stable dans leur pays”, indique Aleksander Vucic. “Là où ils pensent que nous pourrions être utiles, nous nous mobiliserons. Cet enjeu est ce qu’il y a de plus important pour nous tous, car si nous avons des émeutes et des troubles en ARYM, cette situation pourrait déborder sur d’autes territoires des Balkans occidentaux.” La Macédoine, ex-république yougoslave, compte plus de deux millions d’habitants, dont environ un quart d’origine albanaise. Des centaines de manifestants se sont rassemblés à Skopje, la capitale macédonienne, en
hommage aux huit policiers ayant péri lors des affrontements de ce week-end. En l’espace de deux jours, 22 personnes ont trouvé la mort. Les manifestants ont appelé à la démission du gouvernement. Ils ont exprimé des messages de cohésion. “Nous sommes ici avec nos frères albanais et d’autres communautés ethniques”, explique l’un des manifestants, Aleksandar Donev. “Nous sommes unis, nous sommes ensemble, et c’est ce qu’on veut montrer, on veut lutter pour la liberté et la démocratie qu’on mérite.” Alors que 30 personnes ont été inculpées pour terrorisme, ce conflit donne nouvelle résonance au conflit de 2001, qui avait opposé les forces armées macédoniennes aux rebelles albanais.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Israël-Allemagne : 50 ans de relations diplomatiques