DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : le Président Porochenko veut désarmer Pravy Sektor


Ukraine

Ukraine : le Président Porochenko veut désarmer Pravy Sektor

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Tirs au lance-grenades, voitures de police calcinées, ultranationalistes de Pravy Sektor armés repliés dans les montagnes tout près des frontières de l’Union européenne… Ces scènes de guerre ont poussé le président ukrainien Petro Porochenko à lancer le désarmement, je cite, “des groupes armés illégaux” qui “déstabilisent la situation à un millier de kilomètres du front de l’Est”.

Il y a deux jours, une fusillade entre forces de l’ordre et militants (deux morts, plusieurs blessés) à une cinquantaine de kilomètres des frontières slovaque et hongroise a provoqué une crise qui est loin d‘être réglée.

Ces actions discréditent les véritables patriotes ukrainiens. Aucune force politique ne devrait et n’aura un quelconque bras armé“, a déclaré Porochenko.

Pravy Sektor a en effet deux députés au parlement ukrainien, mais son chef n’a pas encore donné l’ordre à ses troupes de déposer les armes. Aux alentours de Kiev, d’autres unités armées de Pravy Sektor ont même dressé des barrages pour empêcher les renforts policiers de gagner la petite ville de Moukatchevé, lieu de la fusillade.

Origine de la fusillade ?

Selon une source au sein des forces de l’ordre interrogée par l’AFP, la fusillade de samedi a éclaté lors d’une rencontre des ultranationalistes avec des “criminels” locaux cherchant à se “partager les sphères d’influence” dans cette région, plaque tournante du juteux trafic des cigarettes.

Pravy Sektor a de son côté affirmé avoir été attaqué par des “bandits” affiliés à un député qualifié de “trafiquant de drogue” et accusé les policiers d‘être à la solde d’un homme politique prorusse.

Qu’est-ce-que Pravy Sektor (Secteur Droit) ?

Pravy Sektor revendique 10 000 militants et plusieurs centaines de combattants dans l’Est. C’est l’unique formation paramilitaire ukrainienne qui ne soit intégrée ni au ministère de l’Intérieur, ni à celui de la Défense.

Son chef, Dmytro Iaroch, a été élu député en octobre, puis nommé en avril conseiller du chef de l‘état-major des armées ukrainiennes dans une tentative des autorités d’intégrer ses milices.

Il s’est rendu à Moukatchevé et a affirmé lundi “oeuvrer avec les services de sécurité ukrainiens à stabiliser la situation”.

Plusieurs manifestations antigouvernementales et en soutien à Pravy Sektor ont été organisées dimanche dans plusieurs grandes villes d’Ukraine.

Pravy Sektor se dit “nationaliste, mais pas fasciste” tout en étant ouvertement homophobe.

Il revendique l’héritage controversé des nationalistes ukrainiens qui ont combattu pendant un temps aux côtés des nazis contre “l’occupation soviétique” pendant la Deuxième guerre mondiale, ce qui lui vaut d‘être qualifié de “fasciste” par les médias publics russes et les habitants des régions prorusses de l’est de l’Ukraine.

Le mouvement avait acquis une grande popularité auprès des manifestants sur Maïdan à Kiev en radicalisant la contestation qui s’est soldée au bout de trois mois par un bain de sang et a entraîné la chute du régime prorusse de Viktor Ianoukovitch.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Nouveaux heurts durant la marche orangiste de Belfast