DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Oslo inaugure un centre consacré aux attaques de Breivik


Norvège

Oslo inaugure un centre consacré aux attaques de Breivik

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Il y a quatre ans, Anders Behring Breivik ensanglantait la Norvège en tuant 77 personnes. Quatre ans jour pour jour après cette tragédie qui a choqué tout le pays, le Premier ministre a inauguré mercredi un centre consacré au drame.

Ce lieu de mémoire a été ouvert sur un des lieux de la tragédie au rez de chaussée de l’immeuble gouvernemental que Breivik avait essayé de détruire au moyen d une puissante bombe. L’exposition vise à lutter contre la pédagogie de l’extrêmisme.

“Je ne peux pas dire que l’on comprend. Parce que je crois que seuls ceux qui ont perdu un fils ou une fille, un frère ou une soeur comprennent vraiment comme c’est douloureux. Mais nous essayons de comprendre, nous essayons de montrer que nous soucions d’eux, de montrer notre respect et notre compassion”, a déclaré Erna Solberg, le Premier ministre norvégien.

Le 22 juillet 2011, après avoir tué 8 personnes dans la tour abritant les services du Premier ministre, Breivik a ouvert le feu sur un rassemblement de la jeunesse travailliste sur l‘île d’Utoya à une trentaine de kilomètres d’Oslo.

L’exposition est controversée en Norvège parce qu’elle montre quelques objets utilisés par le terroriste comme un morceau de camionnette dans laquelle il avait caché sa bombe et la carte d’identité factice qu’il avait utilisé.

Breivik purge une peine de 21 ans de prison qui pourra être prolongée s’il reste considérée comme une menace au terme de cette période.

Anders Behring Breivik

Objets ayant appartenus aux victimes :

Les restes de la voiture utilisée par Anders Behring Breivik :

Des visiteurs dans ce nouveau centre à Oslo :

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Turquie : l'attentat de Suruç perpetré par un étudiant de 20 ans